Calendrier lunaire semaine 6 – 2017

Les oiseaux ne s’y trompent pas, qui chantent à tue-tête pour attirer une femelle dans le nid qu’ils ont choisi. Il y a le printemps qui chante.

Calendrier lunaire biodynamique:

Les heures indiquées sont valables pour la France en horaire d’hiver. Si vous êtes dans un autre méridien, appliquez le décalage horaire. Pour les pays de l’hémisphère sud (Indonésie, Polynésie, Vanuatu, Nelle Calédonie, Nelle Zélande, Australie, Afrique du Sud, Amérique du Sud) vous devez inverser les périodes de lune descendante et montante.

Lune montante jusqu’au 7/02 à 20h00, période favorable aux semis et aux récoltes des parties aériennes des plantes.

Lundi 6/02/2017:

Périgée lunaire à 15h00, pas de jardinage pendant cette période.

                                Installez les pièges à frelons asiatiques. Dès le mois prochain, les reines seront fécondées et les ouvrières s’attaqueront aux ruches. Vous confectionnerez facilement vos pièges avec des bouteilles plastique, en suivant les conseils d’un site spécialisé. L’appât spécifique qui les attire presque exclusivement est composé de 1/3 de litre de vin blanc + 1/3 de litre de bière + 1 cuiller à soupe de sirop de cassis ou de miel. Le cassis peut être remplacé par une liqueur, un sirop de sucre ou d’un autre parfum.

Mardi 7/02/2017: fleur

                                Taillez les branches de bouleau ou de genêts pour confectionner vos balais de jardin. Il vous faudra également quelques branches de hêtre ou de frêne de trois à quatre centimètres de diamètre qui serviront de manche.

Profitez de cette opération pour commencer votre récolte de sève de bouleau. Il faut que l’arbre soit suffisamment gros et que ce soit un betula pubescens (bouleau commun). A un mètre de hauteur, forez un trou de 5 cm de profondeur et de 6 à 8 millimètres de diamètre incliné vers le bas de 5 degrés, puis insérez un tuyau souple du même diamètre, que vous ferez déboucher dans un bidon. Selon l’activité biologique, vous récolterez de 2 à 10 litres de sève par jour L. Vous pourrez la conserver en bouteilles plastique hermétiques et sans air, entre 8 et 15 °C pour préserver les micro-organismes qu’elle contient. Une fermentation malolactique peut se produire, sans que ça altère les qualités du produit. Plus l’hiver a été froid, plus la récolte est abondante. L’alternance de journées chaudes et de nuits fraîches favorise un flux de sève important, de même que la lune montante. La récolte peut se poursuivre jusqu’au débourrement des bourgeons.

Votre récolte terminée, vous reboucherez le trou. Retirez le tuyau puis insérez une branche du bon diamètre, dont vous écorcerez la base. Sur un bouleau de bonne taille vous pourrez prélever jusqu’à 75 litres de sève sans endommager l’arbre. Si vous ne pouvez récolter, achetez-en 5 litres pour une cure de trois semaines (49 €).

La sève de bouleau n’est pas très sucrée (100 ml de sève de bouleau fraîche correspond à seulement 20 calories), mais elle est très riche en anti-oxydants, vitamines A, D3, E, C, B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12, K1, minéraux et constitue un excellent dépuratif. Elle fait partie des meilleurs draineurs naturels et est aussi un remarquable remède naturel contre les rhumatismes, la fatigue et les allergies.

En lotion capillaire, la sève de bouleau convient à tout type de cheveux et ne se rince pas. L’action est bénéfique pour les cheveux et cuirs chevelus à problèmes.

En traitement cutané, elle favorise la clarté du teint et l’éclat de la peau. Elle s’avère très utile dans les affections de l’épiderme.

En cure reminéralisante et détoxifiante, un verre de 20 cl par jour pendant trois semaines, mais si vous la produisez vous-même, vous pouvez augmenter progressivement la dose jusqu’à trois verres par jour pendant un mois.

                                Prélevez les boutures d’osier, d’arbustes à fleur et d’arbres d’ornement que vous planterez demain en lune descendante. Coupez des branches jeunes à l’écorce fine et colorée, puis retaillez pour obtenir des boutures de 20 à 30 cm de long, pourvues d’au moins deux yeux. Placez-les en attente dans un seau d’eau à laquelle vous ajouterez des hormones de bouturage. Préparez le sol qui les recevra.

                                Regarnissez votre germoir. Multipliez les variétés de graines pour obtenir des mélanges de saveurs.

                                Récoltez les chou-fleurs, les choux brocoli et les choux Romanesco.

                                Récoltez les plantes sauvages comestibles: nombrils de Vénus, cressonnette, bourse à pasteur, pissenlits.

Lune descendante jusqu’au 21/02 à 21h00, période favorable aux plantations, à la taille des végétaux, à l’abattage des bois d’oeuvre ou de chauffage et à la récolte des légumes “racine”.

n.b.: Les semis sont très peu influencés par le rythme tropique de la lune, ce qui vous permet de semer même en lune descendante.

Mercredi 8/02/2017: fleur

                                Plantez les boutures d’osier directement en place définitive. Pour un bon développement, le sol doit être riche en humus et de préférence humide. Assemblez les branches d’osier pour former des treillis qui serviront de délimitation pour une tonnelle, une haie décorative, des jeux d’enfants, etc… Jouez avec les différentes variétés pour obtenir un effet de couleurs. Dès la fin d’année vous pourrez récolter les branches pour tresser votre vannerie.

                                Plantez en pépinière les boutures d’arbustes à fleurs. Choisissez un emplacement ensoleillé et abrité des vents violents. Espacez chaque bouture de 10 à 20 cm, ou plantez-les en bottes de 10 pour un effet d’osmose qui renforce la libération d’hormones naturelles.

                                Plantez les arbres d’ornement, les arbustes à fleurs, les plantes grimpantes et les rosiers.

                                En zone méditerranéenne, plantez les conifères d’ornement et les arbustes à feuilles persistantes. Dans les zones plus froides il faut attendre le mois de mars et le retour du printemps.

                                Taillez les arbres d’ornement, les arbustes à floraison estivale et les les plantes grimpantes. Attention, ne taillez pas les arbres et arbustes à floraison printanière, sous peine de n’avoir aucune fleur cette année. Cela peut être un avantage pour les arbres d’ombrage comme le mûrier-platane, qui ne produiront pas de fruits qui salissent les terrasses et allées.

On renouvelle chaque année un tiers des branches, les plus âgées et celles qui encombrent le centre de l’arbuste, pour favoriser le repercement de branches jeunes, plus vigoureuses et florifères.

                                Récupérez vos déchets de taille et broyez-les. Épandez le broyat rapidement au jardin potager ou sur les massifs, en couche de trois à cinq centimètres d’épaisseur. Réservez en une part à ajouter dans votre terreau de rempotage de vos plantes vertes.

                                Taillez les rosiers remontants (floraison de juin jusqu’aux gelées). Réduisez sévèrement la longueur des branches, en ne conservant que trois yeux, le plus haut étant dirigé vers l’extérieur du buisson. Attention, les rosiers non remontants ne fleurissent qu’une fois au printemps sur les branches de l’année précédente, ils seront taillés immédiatement après la floraison, comme les arbustes à floraison hivernale et printanière.

Après la taille, broyez les déchets, binez le sol et déterrez le point de greffe puis paillez généreusement.

Jeudi 9, vendredi 10/02/2017 jusqu’à 19h00: feuille

Éclipse pénombrale de lune samedi à 1h00, pas de jardinage vendredi après 19h00.

                                Rempotez vos plantes vertes qui sont au repos. Utilisez un conteneur à peine plus grand que le précédent ou reprenez le même après avoir réduit la masse racinaire. Certains arbres tropicaux comme les Ficus peuvent être retaillés pour leur conserver des proportions adaptées à votre intérieur. Une part (1/3) de bois raméal fragmenté peut être mélangée au terreau pour l’alléger et l’enrichir.


                                Plantez les arbustes de haie à feuilles caduques. Apportez leur des engrais à décomposition lente (corne broyée, Patenkali ou sulfate de potasse et guano de poisson) au fond d’un trou de plantation bien dimensionné, trempez les mottes, démêlez les racines enroulées en chignon, rebouchez avec un terreau de feuille ou un compost végétal. Terminez toujours en arrosant abondamment. Attention, aucune plantation ne doit être effectuée par temps de gel intense, vous devez attendre une période de redoux.

                                Plantez en pépinière les boutures d’arbustes de haie. Les végétaux persistants devront être traités avec des hormones de bouturage et plantés en terrine que vous couvrirez pour limiter l’évapotranspiration. Employez un substrat allégé avec du sable fin. Placez sous abri pour éviter les températures fortement négatives. Aérez régulièrement pour éviter le pourrissement.

                                Taillez les haies d’arbustes à feuilles caduques. Après le travail à la cisaille, resuivez avec un sécateur pour fignoler le travail en éliminant les parties hachées, puis effectuez une pulvérisation de bouillie cuprique. Les haies persistantes ne doivent pas être taillées avant le départ de la végétation.

                                Plantez en cave les racines de chicorées à forcer que vous récolterez d’ici 4 à 6 semaines. Si vous ne pouvez ou souhaitez pas les forcer en cave, plantez-les en terre, serrées dans un coin de jardin, puis couvrez les d’une épaisse couche de paille et d’un film plastique noir.

                                Binez les cultures de mâche, d’épinards, de roquette, de blettes cardes et de choux.

                                Préparez le sol pour la plantation des griffes d’asperges, qui interviendra avant le 15 avril. Ces plantes aiment les sols sableux qui se réchauffent vite. Déterminez l’emplacement de votre plantation qui restera en place au moins dix ans, mais ce n’est qu’après trois ans de culture que vous pourrez commencer à récolter. Si possible les lignes seront orientées dans le sens du vent dominant, dans un emplacement ensoleillé. Creusez une tranchée de 30 cm de profondeur et 50 cm de large en répartissant la terre en butte de part et d’autre de la tranchée. Apportez ensuite quatre kilos de compost de fumier par mètre linéaire, que vous couvrez de trois centimètres de terre. Les griffes d’asperges seront plantées tous les 60 cm sur le rang et 1.50 m entre les rangs. Vous pouvez également en disséminer quelques pieds dans vos massifs pour leur feuillage vaporeux et leurs baies rouge vif en automne.

                                Récoltez pour vos besoins hebdomadaires les choux verts, les choux rouges, les choux de Bruxelles, les blettes carde, les “red-chard”, la roquette, les céleris branche, le persil, les salades d’hiver, les épinards,  les chicorées italiennes et les chicons d’endive.

Samedi 11/02/2017 jusqu’à 17h00: racine

Noeud lunaire ascendant, pas de jardinage après 17h00.

                                Plantez en pot les capucines tubéreuses et les Oca du Pérou. La capucine tubéreuse, peu gélive, se contentera d’un emplacement hors gel, alors que l’Oca du Pérou aura besoin d’un peu plus de chaleur. La capucine pourra être installée au jardin dès le mois de mars, à exposition chaude, au pied d’une pergola ou d’un tipi. L’Oca du Pérou sera mis en place en même temps que les tomates et sera cultivé à l’identique des pommes de terres en buttant les pieds le plus haut possible. Leur récolte ne se fera qu’au cours du mois d’octobre.

                                Logez vos pommes de terre de semence en cagettes ou dans des boîtes à oeufs, puis mettez les en pleine lumière dans un local tempéré, pour éviter l’étiolement des germes qui doivent être courts et trapus au moment de la plantation pour ne pas se casser. Préparez le terrain qui les recevra dans un mois pour les variétés précoces et hâtives qui produiront en primeur. La pomme de terre apprécie les sols légers, aérés et riches. Il faut donc creuser à l’avance les sillons ou trous de plantation de dix à quinze centimètres de profondeur, et apporter une bonne dose de cendre de bois en terre acide, ou de Patenkali en sol calcaire.

                                Plantez de l’ail. Pour l’ail blanc, choisissez les variétés Thermidrôme et Messidrôme, pour l’ail violet la variété Germidour et pour l’ail rose ce sera Fructidor. Séparez les caïeux, triez les plus gros situés à la périphérie des têtes, les plus petits seront utilisés en cuisine.

Même si vous n’aimez pas l’ail, il est incontournable dans un jardin pour éloigner les prédateurs  des carottes et autres légumes, ou confectionner des décoctions naturelles (100 gr/litre d’eau, de bulbes décortiqués, écrasés au presse ail): laissez macérer 24 heures à température ambiante, chauffez ensuite avec un couvercle et maintenez un petit frémissement pendant 15 à 20 minutes. Maintenez à couvert jusqu’à refroidissement complet puis filtrez.

Insecticide : acariens des végétaux d’ornement(dilué à 30%), acariens sur fraisier (dilué à 10%), acariens sur framboisier (non dilué), carpocapse sur pommier (non dilué), larves de hanneton et de taupin sur sol (non dilué), piéride du chou (non dilué), pucerons sur framboisier, fraisier, groseillier (dilué à 5%).

Fongicide : cloque du pêcher (dilué à 10%), fonte des semis (non dilué), pourriture grise sur fraisier (dilué à 10%).

                                Plantez les échalotes dans un sol qui n’a pas reçu de fumure fraîche. Comme pour l’ail, en sol lourd retenant l’humidité il faut constituer des billons, sortes de petites buttes qui permettront de surélever la culture. Les caïeux doivent être à peine enterrés et espacés de 15 à 20 centimètres. Pensez à associer vos cultures pour limiter les attaques d’insectes prédateurs. 

                              Abattez les arbres destinés au bois de chauffage ou pour renouveler votre stock de manches d’outils et de tuteurs. Récoltez également les jeunes branches qui guideront vos pois et haricots à ramer. Les bambous serviront à renforcer les tiges de dahlias, glaïeuls et plantes vivaces sensibles au vent. Faites sécher à l’ombre pour éviter que le bois ne se fende.

                                Récoltez les poireaux, les radis d’hiver et de tous les mois, les crosnes, les betteraves, les céleris rave, les héliantis, les topinambours, les panais , les salsifis et tous les légumes “racine”.

                                Inspectez la cave et le silo pour écarter légumes qui ne se conservent pas. Égermez les pommes de terre de consommation.

Dimanche 12/02/2017: fruit

                                Semez les pois à grains rond,  les pois mangetout, les fèves, les lupins doux. En région de climat doux, commencez les semis de pois à grain ridé comme “Nain très hâtif d’Annonay” ou “Téléphone à rames”. Ces cultures n’aiment pas la fumure fraîche, elles doivent succéder à une culture de légumes “racine”; elles contribueront à enrichir le sol en azote qu’elles tirent de l’air et fixent dans les nodosités de leurs racines. Le semis se fait en ligne ou en poquets de 4 à 5 graines pour les pois, 3 graines pour les fèves. L’espacement doit être de quarante centimètres entre les lignes. Une fois les plants bien développés, vous butterez le pied et placerez un tuteurage suffisamment haut, un filet ou un grillage au pied des variétés à rames (Caractacus, Express Alaska, …). Après récolte vous pourrez installer des légumes “feuilles” à leur place. N’oubliez pas de noter l’emplacement des cultures sur le plan de votre potager.

                                Taillez la vigne. Les branches terminales ayant fructifié l’an dernier sont éliminées à leur base. Le rameau de remplacement qui s’est développé juste en-dessous est retaillé pour ne conserver que deux yeux. L’œil du haut se développera pour donner un rameau fructifère, celui du bas servira au remplacement. Cette méthode de taille permet de limiter l’allongement des charpentières et de favoriser une belle fructification.

                                C’est le dernier moment pour tailler les Actinidia. Les coursonnes fruitières doivent être renouvelées tous les trois ans. Vous éliminerez donc toutes celles de trois ans qui sont très divisées et se sont allongées, éloignant ainsi la fructification de la charpente. Les grandes branches volubiles de l’an passé sont sélectionnées pour le renouvellement de ces coursonnes et réduites à environ 50 cm de longueur (3 à 5 yeux). Celles en excédent sont éliminées à leur insertion sur les charpentières. Les coursonnes d’un et deux ans sont réduites en longueur à deux yeux au-dessus de l’emplacement du dernier fruit. Les branches frêles et spiralées sont également éliminées. Conservez les déchets de taille.

                                Taillez les arbres fruitiers à pépins, principalement les pommiers et les poiriers. Pour les arbres palissés en espalier contre un mur ou en contre-espalier sur des lattes et des fils métalliques, vous devez respecter la forme initiale (palmette Verrier, palmette U simple ou double, palmette horizontale, croisillon, cordon oblique, etc…), en supprimant les branches verticales, celles qui s’écartent de la forme, et en réduisant la longueur des coursonnes. Pour les formes de plein-vent, gobelet, demi-tige et tige, la taille consiste à supprimer les branches verticales encombrant le centre de l’arbre, celles qui ont poussé au-dessus et en-dessous des charpentières pour ne garder que celles qui s’étagent de part et d’autre. Vous pourrez ensuite réduire leur longueur, ainsi que leur nombre pour n’en conserver qu’une tous les 20 à 30 cm.

Les déchets de taille sont ensuite transformés en bois raméal fragmenté à épandre immédiatement au jardin en couche de 3 à 5 cm d’épaisseur. Vous pouvez également en réserver une partie pour rempoter vos plantes épiphytes (Platycerium, Asplenium, Bromeliacées, Schlumbergera, Anthurium, Spathyphillum, orchidées). Terminez le travail en effectuant une pulvérisation de bouillie cuprique ou de purin de sauge.

                                Taillez les framboisiers remontants. Recoupez à ras du sol les branches sèches qui n’ont pas été éliminées après la fructification du printemps dernier, puis épointez à environ 60 cm de haut celles qui ont produit leur première fructification au cours de l’été et de l’automne. Palissez, binez et repiquez les plants qui s’écartent trop de la ligne. Apportez une bonne couche de compost de fumier et paillez avec des fougères, ou apportez du bois raméal fragmenté. Sur les plantations anciennes, enrichissez le sol avec du Patenkali ou du sulfate de potasse (4 poignées/mètre linéaire) et du guano de poisson. Terminez le travail en effectuant une pulvérisation de bouillie cuprique.

                                Plantez les arbres fruitiers, les arbustes à petits fruits et les ronces fruitières. Si possible, creusez les trous à l’avance pour aérer le substrat. Retaillez les racines cassées, formez la charpente des arbres sur trois à cinq branches principales bien réparties, taillez leur extrémité un centimètre après un bourgeon dirigé vers l’extérieur de l’arbre. Tuteurez, palissez, puis arrosez. Les liens doivent être assez lâches pour que les végétaux puissent suivre le tassement du sol.

                                Plantez les framboisiers. Choisissez les variétés en fonction de la date de production, de la couleur des fruits, de la saveur, de l’utilisation, ou d’autres critères qui vous donneront satisfaction. En choisissant bien, vous pourrez en récolter de juin jusqu’aux gelées.

                                Plantez les fraisiers. Comme pour les framboisiers, choisissez les variétés en fonction des critères qui vous conviennent pour étaler la production sur une large période. Les plus gros fruits sont souvent les moins parfumés, mais conviennent très bien aux sirops et confitures.

Préparez soigneusement le terrain car la plantation sera installée pour trois à quatre années. Incorporez des engrais à décomposition lente comme le Patenkali, la corne broyée, le guano de poisson. Espacez de 30 à 40 cm en tous sens et paillez le sol avec du bois raméal fragmenté, de la tourbe ou des fougères. Terminez la plantation en arrosant abondamment.


Pour plus d’explications, cliquez sur les mots en surbrillance dans le texte. Si vous éprouvez le besoin d’articles particuliers dans les pages de Jardin magique ou de conseils personnalisés, n’hésitez pas à en faire la demande en commentaire de bas de page ou sur notre page facebook , un espace plus convivial et moins formel où chacun peut intervenir à sa guise, partager des photos et des commentaires. Vous aimez les vidéos, alors abonnez-vous à notre chaîne YouTube 1.

Si vous avez l’âme d’un rédacteur, d’un photographe, d’un poète, nous vous invitons à soumettre vos articles et créations à jardin-magique@live.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*