Calendrier lunaire semaine 15 – 2017

calendrier lunaire biodynamique hebdomadaire:

Les heures indiquées sont valables pour la France en heure d’été. Les autres méridiens doivent appliquer le décalage horaire. Pour les pays de l’hémisphère sud vous devez inverser les périodes de lune descendante et montante.

Lune descendante jusqu’au 17/04 à 15h00, période favorable aux plantations, à la taille des végétaux, à la récolte des légumes “racine”, à l’abattage des bois d’oeuvre et de chauffage.

n.b.: le rythme tropique influence très peu les semis. Vous pouvez donc semer en lune descendante comme en lune montante, pour peu que vous respectiez les périodes en fonction de la partie végétale que vous souhaitez récolter (fleur, feuille, fruit/graine ou racine).(source calendrier des semis du MABD)

Lundi 10, mardi 11, mercredi 12/04/2017: racine

Attention, la pyrale du buis reprend son cycle de reproduction. Soyez vigilants et pulvérisez préventivement des purins de plantes aromatiques qui masqueront l’odeur du buis. Curativement, pulvérisez un insecticide biologique à base de bacillus thuringiensis.

                                Pulvérisez le sol avec une décoction de prêle pour renforcer les plantes et arbres fruitiers contre les attaques de maladies fongiques.

Faites macérer la plante finement hachée pendant 24 heures. Le lendemain, faites bouillir pendant 20 minutes à petit bouillon avec un couvercle, puis laissez refroidir avec le couvercle. La décoction sera diluée à 5 % (50 g./litre) avec de l’eau de pluie ou de source, avant d’être pulvérisée. Cette préparation ne se conserve pas longtemps, préparez uniquement la quantité nécessaire.

Les adeptes des micro-organismes EM effectueront un arrosage hebdomadaire au pied des fruitiers avec une solution à 1 % d’EM ou de jus de bokashi pendant 5 semaines. Les EM peuvent être mis en solution (EMs) avec une décoction de prêle pour renforcer l’efficacité du traitement.

                                Plantez les pommes de terre de semence. Tracez des sillons de 10 cm de profondeur et espacés de 65 cm. Places les tubercules verticalement, germes vers le haut, tous les 30 cm sur le rang. Recouvrez de terre en refermant votre sillon. S’il y a un risque de gelées matinales après la sortie du feuillage, vous mettrez en place une couverture temporaire (voile de forçage/hivernage, tunnel, cagettes, cartons…). Les adeptes des micro-organismes EM pulvériseront le soir une solution à 1 % d’EM et 1% de mélasse pour gagner 4 °C.

                                Buttez les pommes de terre dès que le feuillage des plants mesure 15 cm de haut. Renouvelez l’opération jusqu’à obtenir des buttes de 30 cm. Si vous disposez de peu de place, vous pouvez planter dans un tonneau ou monter des cadres de bois. En enterrant les tiges progressivement, vous provoquerez la formation de racines tout le long de celles-ci, pour obtenir une récolte beaucoup plus importante sur chaque pied.

                                Plantez le gingembre (Zingiber officinale). Originaire de Chine, cette plante tropicale à feuillage persistant nécessite une exposition très chaude et ensoleillée, mais est capable de persister en pleine terre dans les régions méridionales et même de devenir envahissante. Vous prendrez donc la précaution de la cultiver en bac pour éviter l’invasion ou la rentrer pour l’hiver. La multiplication se fait par division de rhizome. Le gingembre frais, contrairement à la poudre qui est forte et épicée, est doux et juteux. Vous pouvez pratiquer de même avec le curcuma, une autre plante de la famille des Zingiberaceae.

                                Plantez la capucine tubéreuse et l’oca du Pérou. La capucine grimpera à l’assaut d’un grillage ou d’une pergola, alors que l’oca du Pérou inclinera ses tiges vers le sol pour former de nouveaux tubercules sur ses tiges dès qu’elles entreront en contact avec le sol en fin d’été. Ces plantes d’origine tropicale nécessitent une exposition chaude, une terre riche et humide.

                                Plantez les crosnes, les Heliantis et les topinambours. Ces légumes anciens resteront au jardin tout l’hiver sans avoir besoin d’être protégés, et seront récoltés au fil de vos besoins.

                                En toutes régions, plantez l’ail blanc, l’oignon, la ciboule et l’échalote.

                                Arrachez et divisez les touffes de légumes anciens: crosnes, Helianthis, topinambour. Vous pouvez replanter sur le même emplacement après avoir enrichi le sol. Profitez de vos surplus pour faire des heureux autour de vous. Attention de ne pas vous laisser envahir par ces légumes généreux qui ont vite fait de s’approprier l’espace.

                                Éclaircissez les semis de radis, carottes, oignons, poireaux et navets pour que chaque plante ait la place de se développer correctement. Au fil du développement des jeunes racines, vous espacerez progressivement les carottes et navets, pour ne garder au final qu’un seul plant tous les 15 cm. Rien ne se jette, le feuillage peut être ajouté aux salades ou cuisiné en potage, pesto, purée de légume, sauce verte; les jeunes racines juste brossées sont consommées crues ou ébouillantées dans une infusion aromatique. Si vous n’êtes pas convaincu(e), placez les déchets sur le tas de compost, dans le seau de bokashi, ou tout simplement en paillage au jardin.

                                Enfouissez superficiellement les engrais verts, le compost et les engrais de longue durée, sur les parcelles que vous allez planter ou semer dans les prochains jours.

                                Apportez du Patenkali et du guano de poisson sur les bulbes d’automne et de printemps qui sont entrain de reconstituer leurs réserves: Sternbergia, Cyclamen, colchiques (Colchicum autumnale), Crocus sativus (safran), jacinthes, tulipes, etc… Si votre fournisseur n’a pas de Patenkali, prenez en coopérative agricole du sulfate de potasse pour les sols calcaires ou des scories potassiques pour les sols acides ou argileux.

                                Poursuivez la formation des buttes de culture en lasagne, superposez des couches de matériaux de 5 à 10 cm d’épaisseur, en alternant les plus secs et les plus humides: bois fragmenté, herbe, feuilles sèches, épluchures de légume, paille, bokashi,… Vous terminerez par une couche de terre fine qui pourra être ensemencée ou plantée. N’hésitez pas à tasser fortement et régulièrement votre butte, afin de réduire le volume d’air et de gaz qu’elle contient.

                                Récoltez les salsifis et scorsonères. Ces racines peuvent être cultivées sur plusieurs années, d’ici peu les plantes émettront des hampes florales que vous couperez pour les consommer à la façon des asperges, avant l’épanouissement des boutons. Dans les champs, vous trouverez en même temps le salsifis sauvage.

                                Récoltez les légumes “racine”: les poireaux, les oignons nouveaux, la ciboule, les betteraves, les radis de tous les mois, les navets, les céleris raves, les carottes, les radis d’hiver, les panais. Les fanes de radis et navets vous permettront de confectionner de délicieux potages et sauces vertes.

Jeudi 13, vendredi 14/04/2017 jusqu’à 8h00: fleur

                                Les jonquilles et le muguet sauvage sont en fleur avant l’heure, profitez-en tant qu’il est temps. Attention, la cueillette des fleurs est interdite dans certains parcs naturels.

                                Plantez les bulbes d’anémones et les griffes de renoncules qui fleuriront en mai-juin. Avant plantation, faites-les tremper quelques heures dans de l’eau à température ambiante. Pour vos bouquets, pensez à en planter dans un coin du potager.

                                Plantez les bulbes d’été dans vos massifs et jardinières. S’ils sont déjà bien démarrés, en cas de coup de froid pensez à les abriter pour la nuit. Dans les zones défavorisées par le climat, vous pouvez commencer la culture en pot ou en caissettes avec de la tourbe humide en les conservant au chaud en pleine lumière. Échelonnez la plantation des cormus de glaïeuls pour en profiter plus longtemps.

                                Plantez les arbres d’ornement, les conifères, les rosiers, les arbustes à fleurs, les plantes de terre de bruyère et les plantes vivaces vendus en conteneur. Attention, la végétation ayant démarré, les plantes vendues en racines nues ou en motte n’ont que très peu de chance de reprise car elles n’ont pas assez de masse racinaire pour faire face à l’évapotranspiration provoquée par l’augmentation des températures.


                                Plantez les griffes d’asperges. Cette culture installée pour de nombreuses années ne permettra les premières récoltes qu’après deux ans de soins, mais seront de plus en plus volumineuses pendant plus de cinq ans. Il est important de bien préparer le sol et d’espacer chaque griffe de 30 cm sur le rang. Vous pouvez également effectuer un semis, mais il faudra attendre deux ans pour obtenir des griffes à repiquer, et c’est un total de cinq ans d’attente avant d’effectuer les premières récoltes.

                                Plantez les œilletons d’artichauts en les espaçant de 80 cm en tous sens. Ces plantes gourmandes nécessitent un apport de 2 kg de compost de fumier par pied, enfoui à 20/30 cm de profondeur. Vous pouvez également apporter sang séché, corne torréfiée, Patenkali et guano de poisson. Soleil et humidité feront le reste. La première récolte aura lieu en automne, les suivantes chaque printemps. Si vous possédez d’anciens plants, vous pouvez les déchausser pour prélever les œilletons à la périphérie de la souche, en coupant un écusson (morceau de racine) de la racine qui les porte.

                                Plantez les plantes aromatiques et médicinales. Pour les avoir toujours à portée de main, n’hésitez pas à les installer en pot ou jardinière à placer sur le balcon, un bord de fenêtre à proximité de la cuisine ou du barbecue. Installée sur la fenêtre d’une chambre, une jardinière d’aromatiques fera une barrière anti-moustiques.

                                Surveillez l’aspergeraie pour récolter les premiers turions dès que les pointes sortent de terre. Si ce n’est déjà fait, montez les buttes pour la production d’asperges blanches.

                                Pour prolonger la floraison de vos plantes bisannuelles (primevères, pensées, giroflées, pâquerettes,…), vous devez éliminer régulièrement les fleurs fanées. Pour les bulbes défleuris, cette opération permet d’éviter la formation de graines qui pénalise la reconstitution des réserves souterraines.

                                Binez les massifs de plantes vivaces et bisannuelles, éliminez les feuillages détruits par le froid, divisez les plantes qui en ont besoin. Replantez les éclats, faites en cadeau à vos amis ou faites des échanges dans les bourses aux plantes.

                                Taillez les arbustes à floraison hivernale et printanière qui sont défleuris. Éliminez les branches les plus âgées très divisées et celles qui encombrent le centre de l’arbuste. Pour les rhododendrons défleuris, vous vous contenterez de couper les inflorescences fanées.

                                Dès que les glycines (Wistaria) ont démarré, il est possible de différencier facilement les bourgeons des boutons à fleurs. C’est le moment idéal pour procéder à la première taille. Coupez l’extrémité des branches au-dessus du dernier bouton à fleur. Pour les branches n’ayant que des bourgeons à bois fins et pointus, retaillez court pour ne conserver que deux bourgeons. La floraison sera ainsi mise en valeur, puis il faudra retailler lorsqu’elle sera achevée.

                               Commencez les récoltes de plantes qui vous permettront de confectionner vos préparations naturelles: tanaisie, absinthe, consoude, ortie, sureau, etc… Si les températures sont un peu basses, le temps de fabrication des purins sera allongé. Les pointes d’ortie passeront en cuisine avec les jeunes feuilles de consoude au subtil goût de poisson.

                                Récoltez les plantes aromatiques et médicinales qui vous sont nécessaires pour la semaine. C’est également également le bon moment pour faire sécher le laurier sauce (Laurus nobilis) et le romarin (Rosmarinus officinalis) qui sont en fleur.

                                Récoltez les fleurs pour vos préparations culinaires ou la décoration de vos assiettes: pissenlit, violette, primevère, cognassier du Japon, fruitiers. Attention de n’employer que les fleurs comestibles que vous êtes capables d’identifier à coup sûr.

                                Récoltez les plantes sauvages comestibles: mouron blanc (Stellaria media), lierre terrestre (Glechoma hederacea), nombril de Vénus (Umbilicus rupestris), renouée du Japon (Reynoutria japonica),alliaire (Alliaria petiolata), cressonette (Cardamine pratensis), ail des ours (Allium ursinum). Certaines sont des adventices de votre jardin. Toutes ces plantes, outre leur saveur, ont des vertus très efficaces sur notre santé et la diversification de notre alimentation, ne vous en privez pas elles sont gratuites et permettent d’agréables moments de détente dans la nature.

Vendredi 14/04/2017 après 8h00: feuille

Traditionnellement, on ne jardine pas le vendredi saint.

                                Plantez les conifères de haie ou de rocaille. Pour réussir vos plantations, il faut creuser à l’avance un trou largement plus grand que la masse racinaire, amender la terre de rebouchage avec des engrais à décomposition lente, corne broyée, compost de fumier, minéraux (phosphore et potasse), trempez les mottes racinaires, démêlez les racines en chignon pour les étaler. Arrosez abondamment au moment de la plantation et chaque semaine pendant la première année.

                                Tondez les espaces verts. Vous pouvez régler votre tondeuse sur la position la plus basse, mais si l’herbe est trop grasse, trop haute ou trop humide, vous serez obligé(e) de faire un premier passage en position haute suivi d’un deuxième en position basse. Vous pourrez ensuite passer le rouleau pour faire taler les plante et obtenir à la longue un tapis dense qui ne laissera pas de place aux adventices.

                                Scarifiez les pelouses installées depuis longtemps. Cette opération permet d’aérer leur surface en défeutrant le sol, de couper les stolons des graminées et d’éliminer les mousses qui ont pu s’installer au cours de l’hiver. Les déchets peuvent être compostés avant de retourner enrichir le jardin.

                                Éclaircissez et repiquez vos semis de persil, de roquette, de moutarde de Chine, de salades, de choux, de fenouil, de céleris branche, d’arroche, et tous légumes cultivés pour leur feuillage.

                                Récoltez les choux de Bruxelles, les choux rouges, les choux verts, les blettes cardes, les céleris branche, les laitues d’hiver, la roquette, les salades à couper, la mâche, les chicons d’endives et les chicorées italiennes que vous avez mises en forçage il y a trois semaines ou plus. Pensez à conserver un plant si vous souhaitez produire vos graines de semence. Vous pourrez les déplacer dans un coin du jardin, en lune descendante et jour “fruit”.

Samedi 15/04/2017 jusqu’à 16h00: fleur

Reprenez les mêmes travaux que jeudi.

Samedi 15 après 16h00, dimanche 16/04/2017: feuille

Reprenez les mêmes travaux que vendredi après 8h00.


Pour plus d’explications, cliquez sur les mots en surbrillance dans le texte. Si vous éprouvez le besoin d’articles particuliers dans les pages de Jardin magique ou de conseils personnalisés, n’hésitez pas à en faire la demande en commentaire de bas de page ou sur notre page facebook , un espace plus convivial et moins formel où chacun peut intervenir à sa guise, partager des photos et des commentaires. Vous aimez les vidéos, alors abonnez-vous à notre chaîne YouTube 1.

Si vous avez l’âme d’un rédacteur, d’un photographe, d’un poète, nous vous invitons à soumettre vos articles et créations à jardin-magique@live.fr


5 réponses sur “Calendrier lunaire semaine 15 – 2017”

  1. bonjour ANDRE
    connaissezvous HB-101
    un engrais bio venant du japon en pub actuellemnet sur le site de Gerbaud …. si oui qu’en pensez vous
    bien cordialement
    bon week end de paques

    1. Bonjour Alain,
      Le HB-101 appartient à la gamme des produits « miracles » comme le Superthrive ou le tonus V. Ce sont des assemblages de concentrés végétaux dont on ne sait jamais bien mesurer l’efficacité réelle. Pour ma part je pense qu’un bon engrais et beaucoup de petites attentions sont tout aussi efficaces. Si tu veux une vraie révolution dans tes cultures, il faut te lancer dans le bokashi et les EM (Effective Micro-organismes), dont je commence à parler sur ce site. Je n’ai pas encore tout vérifié des utilisations possibles et de l’efficacité des micro-organismes dans certaines utilisations pour publier l’article en cours, mais il est certain que l’efficacité est impressionnante dans de nombreux domaines. cf. Hector vivre mieux par exemple pour avoir un premier aperçu sur le sujet: https://www.youtube.com/watch?v=Z7ga0LkHj6E

  2. Bonjour André,
    Pourquoi arroser les fruitiers avec du Bokashi à 1% pendant 5 semaines? Pourquoi 5 fois ?
    On me demande de planter des Alstromères. Quelles sont les précautions à prendre et est-ce une plante délicate?
    Es-tu venu cueillir l’ail des ours ?
    Par avance merci,
    Cordialement,

    1. Bonjour Claude,
      Voilà pour la visite de ta région: https://www.facebook.com/pg/JardinMagique.fr/photos/?tab=album&album_id=741737142654912
      Je n’ai pas vraiment eu le temps de m’arrêter sur la route. Par contre, j’aimerais bien savoir si tu en trouves plus près de Romans.
      L’Alstroemeria, appelé aussi lis des Incas, est une plante rhizomateuse vivace, peu rustique. Exposition ensoleillée, dans un sol riche et bien drainé, protection hivernale avec une bonne couche de paille. Ce n’est qu’à partir de la deuxième année que tu auras une longue période de floraison.
      Pour le jus de bokashi que j’assimile aux EM qu’il contient, cf. le livre d’Anne Lorch page 235, concernant la prévention des maladies des fruitiers à noyau. Le fait d’employer du jus de bokashi en remplacement des micro-organismes efficaces permettra un apport d’engrais simultané.
      Bon jardinage, à bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*