Ma semaine au jardin / 47 – 2017

Superbe architecture naturelle du chou Romanesco, de quoi mettre des sapins miniatures sur toutes les assiettes.

Jardinage biodynamique:

Les heures indiquées sont valables pour la France en heure d’hiver. Les autres méridiens doivent appliquer le décalage horaire. Pour les pays de l’hémisphère sud vous devez inverser les périodes de lune descendante et montante.

Lune descendante jusqu’au 22/11 à 3h00, période favorable aux plantations, à la taille des végétaux, à la récolte des légumes “racine”, à l’abattage des bois d’oeuvre et de chauffage.

nota bene: le rythme tropique influence très peu les semis. Vous pouvez donc semer en lune descendante comme en lune montante, pour peu que vous respectiez les périodes en fonction de l’organe végétatif que vous souhaitez obtenir (fleur, feuille, fruit ou racine) (source calendrier des semis du MABD).

Lundi 20/11: feuille

                                Plantez en cave les chicorées à forcer arrachées il y a quelques temps. La rapidité de leur croissance dépendra de la température du local, comptez 3 à 4 semaines de culture à 16/18 °C. Les variétés sans terre de couverture sont juste recouvertes d’un plastique noir.

Serrez les racines les unes contre les autres et bourrez les interstices de tourbe humide. Échelonnez les plantations pour l’adapter à votre consommation. Pour produire 1 kg de chicon il vous faut 6 à 9 racines.

                                Couvrez la barbe de capucin pour la faire blanchir. Un feutre épais ou un morceau de moquette pourront remplacer la paille ou un manteau de feuilles.

                                Repiquez les choux de printemps Cabus cœur de bœuf. Utilisez l’emplacement des haricots que vous avez arrachés et enfouis sur place, ils restitueront de l’azote à votre terrain. Enfoncez profondément les plants, jusqu’à la première feuille, puis arrosez pour faire adhérer la terre aux racines. Espacez de 40 cm sur le rang.

                                Éclaircissez et repiquez les laitues à couper, la roquette et les laitues d’hiver.

                                Plantez les arbustes de haie et les formes topiaires (buis, troène, Lonicera nitida, if). Choisissez une espèce adaptée à la hauteur adulte de la haie pour ne pas avoir trop d’entretien. Généralement les végétaux à feuilles caduques sont moins sensibles aux maladies, et remplissent leur rôle de brise-vue pendant la bonne saison, tout en servant de brise-vent durant l’hiver, sans provoquer de courants d’air.

                                Rempotez les bonsaï à feuilles caduques. Taillez les racines et la ramure en fonction de la forme choisie. Une fois le travail terminé, arrosez, puis abritez les pots pour l’hiver.

                                Tondez les espaces verts en réglant la hauteur de coupe au plus bas. Vous pouvez également récupérer et broyer les feuilles mortes grâce à votre tondeuse. Les déchets peuvent ensuite constituer un excellent paillage sur les massifs, au pied des haies ou au potager.

                                Récoltez pour vos besoins hebdomadaires, la mâche, les épinards, les cardons, les céleris branche, les blettes cardes, les choux, les chicorées, les laitues à couper, la roquette, les choux verts et rouges, les choux de Chine, les choux de Bruxelles. Une fois préparés, ils se conserveront une semaine au réfrigérateur dans un sac hermétique. Pour une meilleur conservation, faites le vide d’air après avoir ajouté une pomme dans l’emballage.

Les adeptes des micro-organismes efficaces rinceront leur récolte après avoir ajouté 1 % d’EMa dans l’eau de lavage. Les micro-organismes augmenteront la durée de vie des produits en neutralisant les bactéries indésirables. Les déchets sont ajoutés dans le seau de bokashi.

Mardi 21/11 jusqu’à 12h00: fruit

                                Pensez à abriter vos plantes les plus fragiles des premiers froids de l’automne. Les citronniers résisteront jusqu’à +2 °C, les autres agrumes et de nombreux palmiers jusqu’à -2 °C. Les oliviers résisteront jusqu’à -7 °C. La mise en place de protections, paille et voile d’hivernage permettront de gagner 2 °C. Commencez à réduire les arrosages des plantes qui ne fleurissent pas ou ne manifestent pas de signes évidents de croissance.

Certaines plantes ont besoin d’une période de repos très marquée pour pouvoir fleurir, c’est le cas du Clivia mignata qui réclame des températures fraîches et un sol sec avant de refleurir.  Surveillez l’état du feuillage pour débusquer les parasites et maladies au plus tôt.

                                Récoltez les coloquintes et calebasses pour vos décorations hivernales. Lavez les délicatement puis mettez-les à sécher à la maison. Celles de l’an dernier ont fini de sécher et se sont couverts d’une pellicule de moisissure. Il est temps de les frotter, puis de les cirer pour les mettre en bonne place à la maison.

                                Récoltez les graines de semence arrivées à maturité. Coupez les branches entières que vous assemblez en bouquet. Suspendez-les tête en bas dans un sachet papier pour achever le séchage. Après quelques jours, vous pourrez vanner, trier et ensacher votre récolte.

                                Récoltez les baies de genièvre (Juniperus communis). Elles peuvent être employées fraîches en cuisine, ou après séchage. Elles seront les stars de vos choucroutes et kraut de légumes.

Inventoriez vos réserves de semences, faites les tests de germination nécessaires et commencez vos échanges.

                                Plantez les fraisiers, ceux que vous avez multipliés pendant l’été et ceux que vous choisirez en pépinière ou jardinerie. Choisissez des variétés complémentaires pour pouvoir en manger longtemps. Les variétés non-remontantes ont une production groupée sur une courte période, les remontantes donnent des fruits plus longtemps en deux fois séparées par une période de repos. Contrôlez les dates de production de chaque variété pour programmer vos récoltes.

                                Plantez les framboisiers. Comme pour les fraisiers, il existe des variétés non-remontantes et des remontantes. Deux ou trois variétés complémentaires vous permettront d’en récolter de juin à octobre. Les framboisiers apprécient les sols frais et humifères, comme sur les lisières de forêt. L’ombre ne leur fait pas peur, mais un emplacement ensoleillé permettra d’obtenir des récoltes plus précoces et plus abondantes, pour peu que vous leur apportiez assez d’humidité.

                                Plantez les Actinidia. Ces lianes fruitières nécessitent beaucoup d’espace car elles sont très vigoureuses. Par ailleurs il faut au moins 1 plant mâle pour polliniser jusqu’à 7 plants femelles. Attention! même les variétés autofertiles ne portent pas des fleurs mâles et femelles sur le même plant car elles ne sont pas autogames. Un palissage très solide devra être mis en place pour soutenir la végétation luxuriante et volubile.

                                Plantez les arbres fruitiers, les arbustes à petits fruits et lianes fruitières. Vos trous de plantation doivent être profonds, si possible creusés à l’avance, pour que les végétaux s’installent facilement dans un sol meuble et bien aéré propice à la vie microbienne. N’oubliez pas d’apporter des engrais longue durée comme la corne broyée, la potasse et le fumier.

Trempez bien les mottes avant plantation, pralinez les végétaux vendus en racines nues, puis arrosez après plantation. Il vous faudra également des tuteurs assez solides pour résister 3 ans, des colliers de qualité pour ne pas blesser les écorces. Attention, les colliers ne doivent pas être serrés pour que les arbres puissent suivre le tassement du sol.

Nota bene: La plupart des fruitiers, pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers, cassissiers, goji, Actinidias même autofertiles ont besoin d’une variété complémentaire ou d’un deuxième arbre à proximité pour être pollinisés car ils ne sont pas autogames. Renseignez vous auprès de professionnels compétents ou en déposant un message en commentaire de bas de page.

                                Taillez les lianes de vos ronces fruitières (mûres) dès la fin de la production. Coupez à ras de terre les lianes ayant fructifié cette année, puis palissez les pousses de l’année en place définitive. Appliquez ensuite un traitement à la bouillie cuprique pour détruire les germes de maladies . Vous pouvez remplacer le cuivre, qui a une action néfaste sur la faune du sol, par un purin de sauge constitué avec 100 grammes de plante fraîche par litre d’eau, puis dilué à 10 % dans de l’eau, à pulvériser sur les végétaux à protéger.

Les adeptes des micro-organismes efficaces (EM) effectueront une pulvérisation et un arrosage d’EMa dilué à 10 %, pour limiter la propagation des maladies cryptogamiques.

                                Commencez la taille d’automne de la vigne. Elle consiste à réduire les branches de l’année aux 2/3 de leur longueur. Les sarments peuvent être broyés, le bois raméal fragmenté sera apporté sur les massifs et le potager, en couches de 3 à 5 cm d’épaisseur.

                                Commencez la taille des arbres fruitiers à pépins: pommiers, poiriers, cognassiers.

                                Récoltez les légumesfruit” restant au jardin: tomates, courgettes, poivrons, aubergines, …

Avant les gelées d’automne, rentrez en cave les courges et potirons. Installez-les sur un lit de paille, loin de toute émanation de produits chimiques ou de bois traité.

                                Terminez rapidement les récoltes de pommes et autres fruits d’automne pour les rentrer en cave.

                                Récoltez les fruits de l’amélanchier, du néflier, du Diospiros kaki et de l’arbousier dès qu’ils sont à maturité. Les nèfles et les kaki doivent être blets pour perdre leur amertume.

                                Surveillez la conservation des fruits et légumes rentrés en cave.

Mardi 21/11 après 12h00: fleur

                                Récoltez les plantes aromatiques et médicinales à faire sécher, pour une utilisation ultérieure. La feuille de laurier sauce (Laurus nobilis), arbuste persistant de 2 à 6 mètres de haut, fait partie des plus utilisées, soit fraîche, comme en Saintonge et Aquitaine, soit après séchage. Les baies séchées ont les mêmes propriétés culinaires que les feuilles, elles sont utilisées dans la confection de liqueurs ou d’infusions ou sont râpées dans les plats, comme de la noix de muscade. Elles peuvent toutefois apporter une certaine amertume à vos mets si vous en abusez.

                                Hivernez les plantes molles (géranium, bégonia, impatiens, …) qui ne résistent pas en-dessous de 5 °C. Placez-les dans un local clair et ne reprenez les arrosages que lorsque le substrat aura entièrement séché sur 3 cm de profondeur. Vous pourrez ensuite les rentrer à la maison et reprendre des arrosages modérés.

                                Effectuez la taille d’automne des rosiers. Réduisez de moitié toutes les branches de l’année. Éliminez les branches mal disposées, encombrant le centre des arbustes. Terminez le travail en buttant la terre pour couvrir le bourrelet de greffe, qui sera ainsi protégé des rigueurs de l’hiver. Une couche de fumier pailleux ou de compost permettra de reconstituer les réserves du sol. Broyez les déchets avant de les déposer sur les massifs, au potager ou sur le tas de compost.

                                Les bulbes que vous avez mis en forçage au froid il y a 3 semaines peuvent être placés en culture au chaud et à l’obscurité. Maintenez le substrat à peine humide jusqu’au développement des premières feuilles, puis placez-les en pleine lumière et entretenez l’humidité très régulièrement en ajoutant un engrais “floraison”.

                                Plantez les artichauts qui vous donneront une première récolte dès le printemps. Ils fleuriront ensuite chaque automne. Cette culture restant en place plusieurs années, vous apporterez des engrais à décomposition lente en fond de fouille: corne broyée, Patenkali ou sulfate de potasse, guano de poisson, compost de fumier, bokashi, cendre de bois. Placez les œilletons en terre en espaçant chaque pied d’un mètre en tous sens, puis arrosez copieusement. Attention, le bokashi doit être distant d’au moins 30 cm des racines, et les engrais doivent être mélangés à la terre ou couverts d’une couche de terre, pour ne pas brûler les racines.

Choisissez une ou plusieurs variétés compatibles avec votre climat: vert de Laon, camus de Bretagne, Macau (résiste à la chaleur), vert globe (rustique de taille moyenne), Castel (très gros), violet de Provence, violets d’Italie, Épineux (très tendre malgré ses bractées piquantes), Salambo (à produire en Roussillon). Dans le nord de l’Europe, vous pouvez choisir le “Gros vert de Laon” ou le “Gros camus de Bretagne”, dans le sud le “violet hâtif de Provence” ou le “vert de Provence”.

Très facile à réussir, le semis de printemps permet une première récolte après 12 mois de culture.

                                Plantez les chou-fleurs de printemps. Espacez de 80 cm en tous sens. Enrichissez le sol avec un engrais complet ou des engrais naturels: corne broyée, Patenkali, guano de poisson; car la culture est gourmande.


                                Plantez les plantes vivaces destinées à l’élaboration de vos purins et macérations. Bouturez les racines de consoude, divisez les anciennes touffes pour augmenter votre production ou faire des cadeaux.

                                Plantez les arbustes et plantes de terre de bruyère. La plupart d’entre-elles se satisfont d’un emplacement ombragé ou du pied de grands arbres, car leur enracinement est superficiel.

                                Plantez les arbres d’ornement. Qu’ils soient en conteneur, en motte ou en racines nues, il faudra étaler les racines dans le trou de plantation pour qu’elles puissent partir coloniser le sous-sol. Les racines endommagées doivent être retaillées proprement, la partie aérienne doit être formée sur 3 à 5 branches charpentières bien disposées, qui seront ensuite réduites des 2/3 en conservant un œil tourné vers l’extérieur de l’arbre. Apportez des engrais à décomposition lente, mettez en place un tuteurage solide. Terminez en arrosant copieusement.

                                Plantez les arbustes de haies paysagères. Espacez chacun d’environ 2 mètres en quinconce. Il vous faudra 1/3 de persistants pour 2/3 de caduques. Pensez à harmoniser les formes, les couleurs de feuillages et de floraison.

                                Plantez les arbustes à fleurs. Pour ceux qui sont vendus en conteneur, aérez le centre de la touffe sans être trop agressif. Ceux qui sont vendus en motte ou en racines nues devront être taillés plus sévèrement. Vous ne conserverez que trois à cinq branches jeunes que vous réduirez plus ou moins en longueur, en fonction de l’importance de la masse racinaire.

                                Plantez les plantes vivaces, les plantes aromatiques et les plantes médicinales. Respectez les conditions de sol et d’exposition qui leurs sont favorables.

                                Plantez les bulbes à floraison hivernale et printanière: perce-neiges, tulipes, jonquilles, narcisses, jacinthes, etc.

                                Plantez les plantes bisannuelles sur les emplacements laissés libres par l’arrachage des bulbes d’été plantes molles et fleurs  annuelles. Certaines comme les pensées sont déjà en fleur, mais la plupart ne fleuriront qu’au début du printemps. Vous pouvez les associer aux bulbes à floraison printanière.

                                Plantez en pot les Amaryllis. Choisissez un terreau léger pour plantes fleuries ou un terreau universel auquel vous ajouterez du compost, du Patenkali et du guano de poisson ou un engrais longue durée spécial floraison. Le bulbe doit émerger d’au moins 1/3 hors du sol. Arrosez copieusement, puis placez le pot au chaud et au noir jusqu’à apercevoir le bouton floral. Sortez-le alors en pleine lumière.

Votre bulbe refleurira chaque année et de façon toujours plus spectaculaire moyennant quelques soins. Une fois la floraison achevée, la culture se poursuivra en apportant chaque semaine un engrais liquide “géranium” ou “plantes fleuries”. Un bulbe ne peut survivre et refleurir que s’il a emmagasiné une quantité suffisante de réserves. Un feuillage brillant et volumineux est preuve de bonne santé. Après 3 à 4 mois, il entrera progressivement en repos en attendant l’automne.

Pensez à en offrir, pour le prix d’un bouquet de fleurs coupées, ils enchanteront ceux qui les recevront, pendant plusieurs semaines.


Lune montante jusqu’au 5/12 à 13h00, période favorable aux semis et aux récoltes des parties aériennes des plantes.


Mercredi 22, jeudi 23/11: fruit

                               Récoltez les olives arrivées à maturité. L’époque idéale est déterminée par la variété et la couleur désirée. Le contrôle de maturité s’effectue en coupant le fruit transversalement, le noyau doit se détacher facilement de la pulpe. En pressant le fruit entre les doigts, le jus doit être laiteux et surtout pas vert. Si votre production est attaquée par la mouche, il faut récolter au plus tôt et la travailler immédiatement à la lessive de soude ou à la cendre de bois pour lever l’amertume. La récolte des olives vertes est une opération délicate. Elles doivent être cueillies avec précaution, en évitant les chocs qui leur feraient prendre une couleur brune.

                                Récoltez les fruits de l’amélanchier, du néflier, du Diospiros kaki et de l’arbousier dès qu’ils sont à maturité. Les nèfles et les kaki doivent être blets pour perdre leur amertume.

                                Récoltez les cynorhodons sur les églantiers. Vous pourrez ensuite réaliser une gelée, une confiture ou une pâte de fruit très riche en vitamine C.

                                Terminez rapidement les récoltes de pommes et autres fruits d’automne pour les rentrer en cave.

                                Récoltez les légumesfruit” restant au jardin: tomates, courgettes, poivrons, aubergines, …

Avant les gelées d’automne, rentrez en cave les courges et potirons. Installez-les sur un lit de paille, loin de toute émanation de produits chimiques ou de bois traité.

                                Effectuez les vendanges tardives. La surmaturité, la concentration du mou et la pourriture noble permettent d’élaborer un nectar incomparable.

                                Traquez les premières truffes d’hiver. Malheureusement, la sécheresse persistant en Drôme des collines nous promet une saison catastrophique.

Vendredi 24, samedi 25/11 après 16h00: racine

Nœud lunaire ascendant samedi à 9h30, pas de jardinage avant 16h00.

                                Récoltez les racines de polypode commun (Polypodium vulgaris). Cette fougère se trouve en larges colonies dans les bois et talus rocailleux. Après brossage sous l’eau, vous les blanchirez à 3 reprises dans de l’eau bouillante pour éliminer leur amertume. Elles pourront ensuite être intégrées à vos préparations culinaires auxquelles elles apporteront une note de réglisse. Après séchage au four 15 minutes à 150 °C, vous pourrez les pulvériser et les stocker pour une utilisation ultérieure. Le chef Marc Veyrat réalise un dessert mousseux, avec une infusion de 5 grammes de racines dans 1/2 litre d’eau, qu’il ajoute à des jaunes d’œuf , de la gélatine et du lait sucré.

                                Récoltez pour vos besoins hebdomadaires les poireaux, les carottes, les betteraves, les héliantis, les panais, le persil et le cerfeuil tubéreux, les scorsonères, les betteraves, les topinambours, les capucines tubéreuses, les oca du Pérou, les navets et tous légumes cultivés pour leurs parties souterraines.

                                Si ce n’est déjà fait, rentrez l’ail au chaud, tressez les tiges après avoir enlevé la première peau du bulbe et pendez les tresses à la cuisine ou dans un local chaud pour éviter la germination. Les oignons et échalotes peuvent également être réunis en tresses avant d’être entreposés en cave fraîche.

Dimanche 26/11: fleur

                                Récoltez les artichauts dès qu’ils sont bien formés. N’attendez pas que les bractées s’épanouissent et consommez-les rapidement pour qu’ils restent tendres et croquants.

                                Récoltez les chou-fleurs, les choux brocoli et les choux Romanesco qui arrivent à maturité.

                                Récoltez les plantes sauvages et adventices comestibles: le pissenlit, la cressonnette (Cardamine hirsuta) et les nombrils de Vénus (Umbilicus rupestris). En zone tempérée chaude, vous trouverez encore les fleurs de campanule et de pâquerette.

                                Récoltez les fleurs comestibles: sauge ananas, pois, pensées, …

                               Dans les régions les plus froides il est temps d’hiverner les arbustes fragiles et les plantes d’orangerie. Paillez généreusement les plantes vivaces frileuses après avoir rabattu les tiges dégarnies, puis couvrez d’un pot de terre qui maintiendra une atmosphère sèche et tempérée. Mettez en place les voiles d’hivernage avec une bonne épaisseur de paille sur les tiges et les troncs des végétaux les plus sensibles.

Un gel intense peut faire éclater l’écorce des arbres, ce qui favorise l’intrusion des maladies et parasites, mettant ainsi en péril la vie des végétaux.

                                Bouturez les arbustes de haie, les grimpantes à feuillage décoratif et les plantes vivaces cultivées pour leur feuillage décoratif. Prélevez des tronçons de branches de moins d’un an, bien aoûtées, de 10 à 20 cm de longueur. Éliminez les feuilles de la base, saupoudrez de poudre d’hormones, puis plantez en terrine ou en pépinière dans un substrat léger, couvrez pour entretenir une atmosphère humide sans excès, arrosez régulièrement.

Pour améliorer le taux de reprise, vous pouvez réunir les boutures en bottes d’une dizaine ou les répartir à la périphérie d’un pot en terre cuite qui joue le rôle de radiateur en augmentant et stabilisant la température du substrat. Hivernage en serre froide ou châssis jusqu’à la plantation en place définitive ou conteneur en juin prochain.

                                Semez les chou-fleurs de printemps qui seront prêts à la récolte dès le mois d’avril. Le semis se fait au chaud, en terrine, puis suit un repiquage en pleine terre ou en serre froide. Pour échelonner votre production, employez différentes variétés et fractionnez les repiquages.

                                Semez des engrais verts sur les emplacements libres du jardin, en cette saison vous pouvez choisir la moutarde, l’épinard, les pois, les lupins, les féveroles ou le trèfle. Le seigle et les vesces conviendront parfaitement pour un couvert hivernal.

                                Récoltez la pimprenelle (Sanguisorba minor). Vous la trouverez dans les prairies sèches, les talus, ou à l’orée des bois. Son goût rappelle celui du persil et du concombre, elle accompagne agréablement les plats et les salades, en remplacement ou avec le persil. Elle peut être utilisée en décoction pour soigner les troubles digestifs et urinaires: 1 cuiller à soupe de feuilles sèches coupées, dans 1 tasse d’eau et faire bouillir 3 minutes. Boire de 2 à 3 tasses par jour.

En application externe, son action est astringente, cicatrisante et hémostatique. Faites infuser 1 cuiller à café de plante séchée dans 1 tasse d’eau bouillante. Laisser refroidir avant d’appliquer sur les zones lésées. Cette préparation peut aussi être utilisée pour atténuer les coups de soleil.

Autrefois cultivée dans les potagers, vous pouvez en arracher quelques plants à intégrer dans vos massifs secs et ensoleillés.


Retrouvez les 5 semaines suivantes à imprimer, sous l’onglet calendrier lunaire.


Pour plus d’explications, cliquez sur les mots en surbrillance dans le texte. Si vous éprouvez le besoin d’articles particuliers dans les pages de Jardin magique ou de conseils personnalisés, n’hésitez pas à en faire la demande en commentaire de bas de page ou sur notre page facebook , un espace plus convivial et moins formel où chacun peut intervenir à sa guise, partager des photos, des commentaires et visionner des albums. Vous aimez les vidéos alors abonnez-vous à notre chaîne  YouTube 1.

Si vous avez l’âme d’un rédacteur, d’un photographe, d’un poète, nous vous invitons à soumettre vos articles et créations à jardin-magique@live.fr


4 réponses sur “Ma semaine au jardin / 47 – 2017”

  1. Bonjour André . J’ai lu , dans Dimanche 26 , où tu parles de la Pimprenelle …. J’en ai mis un pied en début d’année et elle est devenue magnifique . Nous l’avons surtout utilisée dans la salade car elle donne un très bon goût et nous l’utilisons encore car elle a l’air de bien résister au gel (-3°) …. Je lis qu’on peut l’utiliser aussi en tisane , malheureusement la touffe est vraiment belle mais ne suffit pas pour faire une petite récolte … Donc une question pour m’aider , svp ; Comment la multiplier ( j’ai pensé la diviser , mais je crains la « bêtise » ) , ou y a t il une autre méthode ….. ??? Merci d’avance pour ta réponse avisée .

    1. Bonjour Alain, la division est une mauvaise idée. Tu pourrais faire des boutures de racines, mais c’est une opération très aléatoire qui mettrait en péril le pied mère. Une alternative très facile consiste à en acheter un autre pied, ou encore de te mettre en quête d’une prairie sèche dans laquelle tu ne devrais avoir aucune peine à en trouver. Tu pourras alors en arracher quelques pieds à repiquer chez toi. Du même coup, tu auras trouvé un spot de cueillette pour compléter ta production potagère. La plante à un feuillage persistant, ce qui te permets de la repérer même en plein hiver, pendant lequel elle remplacera le persil qui a gelé au jardin.

        1. Sans aucun problème, tu trouves une prairie sèche ou un talus avec une grande biodiversité, et tu te penches un peu. La pimprenelle ne connait pas les frontières et son aire de répartition est très vaste. Aujourd’hui même j’en ai remarqué sans descendre de moto… Tu seras sans doute surpris d’en voir là où tu n’avais jamais pensé en trouver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*