Ma semaine au jardin / 48 – 2017

Jardinage biodynamique:

Les heures indiquées sont valables pour la France en heure d’hiver. Les autres méridiens doivent appliquer le décalage horaire. Pour les pays de l’hémisphère sud vous devez inverser les périodes de lune descendante et montante.

Lune montante jusqu’au 5/12 à 13h00, période favorable aux semis et aux récoltes des parties aériennes des plantes.

Lundi 27/11 après 9h00: fleur

Occultation solaire par Neptune à 7h00, pas de jardinage avant 9h00.

Pensez à hiverner les installations d’arrosage. Pensez à entretenir l’humidité atmosphérique autour de vos plantes d’intérieur, surtout si vous avez un chauffage électrique. Placez-les sur une coupelle contenant des graviers et un peu d’eau, mettez en place des évaporateurs sur les radiateurs.

                                Récoltez les artichauts dès qu’ils sont bien formés. N’attendez pas que les bractées s’épanouissent et consommez-les rapidement pour qu’ils restent tendres et croquants.

                                Récoltez les chou-fleurs, les choux brocoli et les choux Romanesco qui arrivent à maturité.

                                Récoltez les plantes sauvages et adventices comestibles: le pissenlit, la cressonnette (Cardamine hirsuta) et les nombrils de Vénus (Umbilicus rupestris).

                                Récoltez les fleurs comestibles: sauge ananas, pois, pensées, pâquerettes… En zone tempérée chaude, vous trouverez encore des fleurs de campanules et de bleuets.

                                Regarnissez votre germoir. Multipliez les variétés, inventez de nouveaux mélanges aromatiques. Après 4 à 6 jours de culture, vous pourrez mettre votre récolte sous vide pour la conserver plus de 8 jours dans le bas du réfrigérateur.

                                Mettez en culture les bulbes que vous avez mis en forçage au frais il y a 3 semaines. Placez-les au chaud et à l’obscurité, maintenez le substrat à peine humide jusqu’au développement des premières feuilles. Placez-les alors en pleine lumière et entretenez l’humidité très régulièrement en ajoutant un engrais “floraison”.

                                Dans les régions les plus froides il est temps d’hiverner les arbustes fragiles et les plantes d’orangerie. Paillez généreusement les plantes vivaces frileuses après avoir rabattu les tiges dégarnies, puis couvrez d’un pot de terre qui maintiendra une atmosphère sèche et tempérée. Mettez en place les voiles d’hivernage avec une bonne épaisseur de paille sur les tiges et les troncs des végétaux les plus sensibles.

Un gel intense peut faire éclater l’écorce des arbres, ce qui favorise l’intrusion des maladies et parasites, mettant ainsi en péril la vie des végétaux.

                                Bouturez les arbustes, les arbres d’ornement, les conifères, les plantes grimpantes et les plantes vivaces cultivées pour leur feuillage décoratif. Prélevez des tronçons de branches de moins d’un an, bien aoûtées, de 10 à 20 cm de longueur. Éliminez les feuilles de la base, saupoudrez de poudre d’hormones, puis plantez en terrine ou en pépinière dans un substrat léger, couvrez pour entretenir une atmosphère humide sans excès, arrosez régulièrement.

Pour améliorer le taux de reprise, vous pouvez réunir les boutures en bottes d’une dizaine ou les répartir à la périphérie d’un pot en terre cuite qui joue le rôle de radiateur en augmentant et stabilisant la température du substrat. Hivernage en serre froide ou châssis jusqu’à la plantation en place définitive ou conteneur en juin prochain.

                                Semez les chou-fleurs de printemps qui seront prêts à la récolte dès le mois d’avril. Le semis se fait au chaud, en terrine, puis suit un repiquage en pleine terre ou en serre froide. Pour échelonner votre production, employez différentes variétés et fractionnez les repiquages.

                                Semez les pois de senteur en pleine terre en place définitive. Résistant jusqu’à -8 °C, c’est dès maintenant que vous pouvez l’installer dans de nombreuses régions. En régions très froides et sols gorgés d’eau,  semez en godets que vous hivernerez sous un châssis, ou attendez le mois de février pour les semer. Un poquet de quelques graines au pied d’un tipi ou d’un grillage vous gratifiera d’un voile de fleurs très colorées dès le début de l’année. Parfait sur un petit balcon où il se propulsera hors de son pot à l’assaut des barrières et treillages.

                                En régions de climat doux, semez la gesse tubéreuse (Lathyrus tuberosus). Plante très proche du pois de senteur, elle peut aussi bien être introduite au potager qu’au jardin d’ornement. Les tubercules au délicat goût de noix et de châtaigne peuvent être récoltés tous les 3 à 5 ans. Les fleurs comestibles, en grappes roses, sont récoltées de juin à octobre, de même que les feuilles dont les vrilles décorent agréablement les assiettes.

                                Semez des engrais verts sur les emplacements libres du jardin, en cette saison vous pouvez choisir la moutarde, l’épinard, les pois, les lupins, les féveroles ou le trèfle. Le seigle et les vesces conviendront parfaitement pour un couvert hivernal.

                                Récoltez la pimprenelle (Sanguisorba minor). Vous la trouverez dans les prairies sèches, les talus, ou à l’orée des bois. Son goût rappelle celui du persil et du concombre, elle accompagne agréablement les plats et les salades, en remplacement ou avec le persil.

Elle peut être utilisée en décoction pour soigner les troubles digestifs et urinaires: 1 cuiller à soupe de feuilles sèches coupées, dans 1 tasse d’eau et faire bouillir 3 minutes. Boire de 2 à 3 tasses par jour.

En application externe, son action est astringente, cicatrisante et hémostatique. Faites infuser 1 cuiller à café de plante séchée dans 1 tasse d’eau bouillante. Laisser refroidir avant d’appliquer sur les zones lésées. Cette préparation peut aussi être utilisée pour atténuer les coups de soleil.

Autrefois cultivée dans les potagers, vous pouvez en arracher quelques plants sauvages, à intégrer dans vos massifs secs et ensoleillés.

Mardi 28, mercredi 29, jeudi 30/11: feuille

                                Récoltez les légumes “feuille”. Préparez-les dès demain, en jour “fruit”, pour une meilleur conservation.

                                Récoltez les derniers plants de claytone de Cuba (Claytonia perfoliata). Malgré son appellation de pourpier d’hiver, elle ne résistera pas aux fortes gelées. Vous reprendrez les semis de cette plante annuelle sous abri en mars ou en avril en pleine terre.

                                Récoltez les cardons et céleris branche mis à blanchir il y a 1 mois, le fenouil, les blettes carde, les poirées, les épinards, les choux à choucroute. Mettez en conserve vos excédents.

                                Récoltez les chicons d’endives et les chicorées à forcer, dès qu’ils sont assez développés. Cassez la racine au niveau du collet, vous pouvez ensuite la remettre en culture pour une production d’endivettes de moindre volume, mais tout aussi bonnes.

                                Récoltez pour vos besoins hebdomadaires, les choux verts, les choux de Chine, les choux rouges, la mâche, les laitues à couper, les laitues d’hiver, les chicorées frisées et scaroles.

                                Paillez les cardons et les céleris branches pour faire blanchir les côtes. Après avoir lié le feuillage, vous l’entourerez de paille, d’un carton ondulé, d’un plastique noir ou d’un sac de farine récupéré chez votre boulanger. L’étiolement prendra près d’un mois.

                                Sous abri vous pouvez renouveler vos semis d’épinards et de mâche. Privilégiez les variétés résistantes au froid. Les  hybrides F1 sont sélectionnés selon plusieurs critères: la résistance aux maladies, la qualité gustative et l’abondance des récoltes. Pensez y lors de vos achats de semences et faites votre choix en sachant que vous ne pourrez pas reproduire la graine à l’identique; il faut racheter la graine chaque année contrairement aux légumes non hybridés.

                                Semez du cresson alénois (Lepidium sativum). De croissance rapide, cette plante condimentaire plus que potagère peut aussi bien se cultiver sous châssis et serre froide qu’en intérieur dans une terrine. Mais c’est en graines germées qu’elle développera le plus de saveur. Semé comme la mâche, en poquets distants de 15 cm en tous sens, il sera récolté dès qu’il mesurera 6 à 8 cm de hauteur. Vous pourrez effectuer 3 à 4 récoltes avant que les plantes ne fleurissent. Vous pourrez ensuite récolter les graines dès le mois d’avril. Cette plante très riche en vitamines et minéraux aurait une efficacité dans la prévention de certains cancers.

Votre choix pourra se porter sur 3 races différentes: le sauvage au goût prononcé et acidulé, celui à larges feuilles à la saveur plus douce ou le frisé plus décoratif.

                               Rentrez au chaud une potée de persil pour continuer à en profiter pendant l’hiver. Protégez les cultures de légumes avec de la paille,  un tunnel plastique ou un voile d’hivernage.

                                Au gré de vos promenades, récoltez les champignons et plantes sauvages de saison: la cressonnette (Cardamine hirsuta), les nombrils de Vénus (Umbilicus rupestris), la pimprenelle (Sanguisorba minor).

Vendredi 1, samedi 2/12 jusqu’à 13h00: fruit

                                Récoltez les clémentines, les citrons et autres agrumes arrivés à maturité.


                                Récoltez les olives à transformer en huile ou à conserver pour la table. Si vous ne les récoltez pas, les oiseaux s’en régaleront au cours de l’hiver.

                                Récoltez les actinidias, les baies de goji, les kakis, les nèfles.

                                Récoltez les baies d’argent, fruits de l’Elaeagnus umbellata. Contrairement à l’Elaeagnus x ebbingei dont les fruits se récoltent au printemps, ceux-ci arrivent à maturité en automne. Ces drupes contiennent un antioxydant qui se concentre à la cuisson.

Vous élaborerez une délicieuse confiture en cuisant 1 kg de fruits  que vous cuirez avec 10 cl d’eau pendant 10 minutes. Dénoyautez, puis réduisez en purée avec un moulin à légumes, ajoutez 650 g. de sucre cristal et remettez en cuisson 5 minutes. Ajoutez le jus d’un citron et mettez en bocaux.

                                Semez des arbres. La lune est particulièrement favorable au bon développement de certaines espèces: if, chêne, marronnier, épicéa, sapin, thuya, charme, genévrier, cerisier et châtaigner. Le semis à bonne date permet d’obtenir des végétaux de bonne qualité tout en préservant la biodiversité et l’adaptabilité des espèces.

                                En régions de climat doux, semez les fèves et les pois à grains ronds. Faites tremper les graines pendant quelques heures dans de l’eau à température ambiante. Effectuez un semis en lignes distantes de 40 cm. Ouvrez un sillon au fond duquel vous espacerez les graines de 3 à 5 cm avant de couvrir d’1 à 2 cm de terre fine ou de terreau. Vous pouvez également semer en poquets de 4 à 5 graines que vous espacerez de 30 cm. Après la levée, binez légèrement puis installez un grillage, un filet à ramer ou des tuteurs ramifiés. Buttez la culture dès qu’elle atteindra 15 cm de haut.

                               Semez le lupin blanc et le jaune doux d’hiver, cette graine est particulièrement riche en protéines et en fibres, c’est un vrai légume sec d’avenir. La  plante rustique et résistante supporte très bien l’absence de traitements insecticides et fongicides, et enrichit le sol en azote comme les autres légumineuses. Les graines à maturité seront consommées comme les fèves.

                                Récoltez les graines de semence. Les hampes florales ayant au moins les deux tiers de graines sèches sont coupées puis mises à sécher dans un local frais et ventilé avant battage et rangement de la récolte.

Les porte-graines en cours de culture (bisannuelles) doivent être paillés pour l’hiver ou récoltés pour une mise en jauge avant replantation au printemps.

Les plantes autogames telles que haricots, pois, laitues, tomates et mâche n’auront pas leur pollinisation perturbée par le voisinage d’une autre variété.

Les graines de cucurbitacées (courgettes, courges, concombres et cornichons) et de tomates sont mises à tremper pour les séparer de la pulpe qui les entoure. Ces graines sont ensuite séchées, étiquetées et rangées dans des boîtes en carton, des boîtes en bois, des sachets et sacs en papier, des petits sacs en toile, des bocaux ouverts ou fermés. Les conteneurs sont enfin placés à l’obscurité, dans un local frais et sec, si possible entre 2 et 10 °C. Ne les rangez pas dans des boîtes ou tiroirs en bois aggloméré qui dégage des vapeurs de formol.

                                Au verger, ramassez les fruits tombés et éliminez ceux qui sont porteurs de maladies, ou transformez-les en bokashi. Ratissez les feuilles et ajoutez-les à votre compost ou sur vos buttes en lasagnes.

                                Préparez une infusion de valériane pour dynamiser votre compost. Si vous n’en avez pas récolté, vous pourrez en acheter en pharmacie ou en alimentation bio. Jetez 2 grammes de plante sèche dans 1 litre d’eau bouillante, laissez infuser 20 minutes à couvert, puis diluez dans 20 litres d’eau de pluie ou de source. Retournez votre tas de compost en cours d’élaboration, puis arrosez à la pomme fine avec votre infusion diluée. Cette préparation peut également être pulvérisée sur toutes les plantes fragiles pour renforcer leur résistance au froid.

                                Mettez en culture les champignons de couche: pleurotes, shiitake, champignons de Paris, etc…

                                Surveillez les fruits et légumes hivernés en cave ou en silo. Triez et préparez rapidement ceux qui montrent des traces de pourriture.

                                Testez la faculté germinative de votre stock de graines ayant plus d’un an. C’est un travail fastidieux mais indispensable pour ne pas subir d’échecs qui retardent souvent la production de plusieurs semaines. Placez une dizaine de graines sur un disque de coton imbibé d’eau que vous placerez dans une coupelle sur le dessus du réfrigérateur ou dans un emplacement chaud. Il n’y aura pas de problème si au moins 6 graines sur 10 arrivent à germer dans la période maximale (5 à 20 jours selon l’espèce) du temps de germination. Inscrivez la date de contrôle sur le sachet de semences.

                                Récoltez les baies de cynorhodon que vous trouverez au bord des chemins.

Samedi 2 après 13h00, dimanche 3/12: racine

                                Arrachez les poireaux. Replantez-les en jauge dans du sable humide, afin qu’ils restent disponibles même par temps de gel ou de neige.

                                Sous abri, ou en pleine terre dans les régions à hiver clément, semez les oignons blancs et les oignons rouges pour une production de printemps et d’été. Sélectionnez soigneusement votre variété que vous cultiverez en pépinière ou en terrine, puis vous éclaircirez à 5 cm et repiquerez dès qu’ils auront la grosseur d’un crayon.

Pensez à leur associer des cultures qui repousseront les insectes prédateurs et respectez la rotation des cultures. Les oignons blancs pour une production à confire seront semés serrés, en ligne et sans éclaircissage.

                                Commencez l’élaboration des buttes en lasagne (lasagna bed). Cette technique est transposable dans vos jardinières et carrés potagers. La largeur maximale des buttes sera de 120 cm. Dans un grand jardin, où l’espace n’est pas compté, une largeur inférieure facilitera l’accès au centre des buttes.

La première couche sera constituée de carton brun (intercalaires de palettes par ex.) que vous arroserez. Les couches suivantes seront composées en alternance de déchets verts (épluchures de légumes, herbes adventices, tontes de gazon) 5 cm d’épaisseur, déchets bruns (paille, foin,  feuilles mortes, bois raméal fragmenté, carton) qui seront arrosés, 10 cm d’épaisseur, et compost végétal et animal, 5 cm d’épaisseur. Ceci sur une hauteur totale de 30 à 70 cm de haut. La couche superficielle sera constituée de compost bien mûr ou de terre fine, qui sera ensuite paillée.

N’hésitez pas à solliciter les commerces, cantines et restaurants pour récupérer leurs déchets, si vous n’en avez pas suffisamment.

Les adeptes de la permaculture commenceront leurs buttes par un empilement de bois forestier. Chargé en micro-organismes indigènes, il aide à la restauration des sols fatigués, déstructurés, incultes.

Les adeptes du bokashi épandront du son bokashi entre chaque couche, tasseront et couvriront la butte d’un plastique opaque pour limiter l’oxydation au maximum. Du jus de bokashi peut être ajouté en arrosage, à la dilution de 1 %. Les micro-organismes efficaces sont capables de neutraliser la radioactivité des sols, les hydrocarbures et les polluants industriels. Le compost bokashi sera ajouté en couche fine en mars ou avril, dès que les températures seront plus clémentes.

Les adeptes de la terra preta ajouteront 0,5 à 1 kg de charbon actif/ m² (biochar/agrichar), des os broyés, des déchets de poisson, des fumiers animaux, des cendres de bois, de la pouzzolane et des tessons de poteries ou de tuiles. Le biochar et les matériaux poreux permettent de fixer les bactéries et les produits toxiques présents dans les solutions du sol. Ils permettent d’augmenter sensiblement la profondeur des sols arables.

Le biochar ajouté aux litières animales capte les liquides, désinfecte les fumiers, réduit les émanations d’ammoniaque et les odeurs.

L’idéal étant à mon sens d’associer toutes ces techniques en fonction des ressources locales. Cela permet de restructurer les sols morts en récupérant tout ce qui est habituellement considéré comme des déchets. Ce sol artificiel permet d’installer des cultures sur n’importe quel support (rocher, pavés, béton, goudron) tout en réduisant les apports d’eau et de fertilisants. Vous obtiendrez ainsi un sol fourmillant de vie et incroyablement riche à moindre frais.

                                Récoltez pour vos besoins hebdomadaires les poireaux, les carottes, les betteraves, les héliantis, les panais, les scorsonères, les betteraves, les topinambours, les céleris raves, les navets et tous légumes cultivés pour leurs parties souterraines.

                                Surveillez l’état de conservation de vos pommes de terre, votre cave doit être fraîche et claire, vous devez égermer régulièrement pour prolonger leur conservation. Les tubercules doivent être conservés à l’abri du gel, la température idéale est de 4 °C. Pour des températures supérieures, intensifiez la ventilation et surtout l’éclairage pour éviter la croissance prématurée des germes.

Les oignons et échalotes seront conservés dans des conditions similaires pour limiter la levée de dormance des germes. Au contrairel’ail doit être conservé à une température comprise entre 12 et 16 °C. Évitez les variations de température et d’hygrométrie.


Retrouvez les 5 semaines suivantes à imprimer, sous l’onglet calendrier lunaire.


Pour plus d’explications, cliquez sur les mots en surbrillance dans le texte. Si vous éprouvez le besoin d’articles particuliers dans les pages de Jardin magique ou de conseils personnalisés, n’hésitez pas à en faire la demande en commentaire de bas de page ou sur notre page facebook , un espace plus convivial et moins formel où chacun peut intervenir à sa guise, partager des photos, des commentaires et visionner des albums. Vous aimez les vidéos alors abonnez-vous à notre chaîne  YouTube 1.

Si vous avez l’âme d’un rédacteur, d’un photographe, d’un poète, nous vous invitons à soumettre vos articles et créations à jardin-magique@live.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*