Bouillie bordelaise

Bouillie bordelaise et autres bouillies cupriques, un même combat… les maladies.

cristal de sulfate de cuivre hydraté                                 Qu’elles contiennent du sulfate de cuivre, de l’hydroxyde de cuivre ou  de l’oxychlorure de cuivre , les bouillies cupriques (cuivriques) sont des produits minéraux naturels destinés à prévenir les maladies cryptogamiques comme le mildiou et les bactérioses.

                                 Le cuivre étant un métal, on utilise donc essentiellement son oxyde pour sa faculté à se dissoudre  dans l’eau. Le sulfate de cuivre est fongicide et bactéricide. Il empêche la germination des spores de champignons et permet ainsi d’éviter la propagation des maladies cryptogamiques. Il agit également sur les bactéries en bloquant leur processus respiratoire, en empêchant leur faculté d’assimilation des micro organismes et en interdisant la synthèse des protéines nécessaires à leur développement.

                                 Principalement connu dans son utilisation contre le mildiou de la vigne, il est employé contre la moniliose des fruits à noyaux et à pépins, les chancres bactériens de l’olivier et des arbres d’ornement, la cloque du pêcher. On l’utilise au potager contre le mildiou des tomates, et pommes de terre, et la bactériose des poireaux, céleris et choux.

                                 L’oxyde de cuivre, bien qu’étant un produit naturel présent dans le sol et donc retenu en culture biologique, peut porter atteinte aux organismes vivants y compris à l’homme. Raison pour laquelle la Belgique l’interdit sous sa forme la plus concentrée: la bouillie bordelaise. Le cuivre qui compose les préparations phytosanitaires n’est pas biodégradable. C’est un produit final qui ne disparaît pas après dissolution, il se recristallise et se concentre dans le sol pour se dissoudre à nouveau dans les eaux de ruissellement.

                                 Les fongicides cupriques (cuivriques) sont très utilisés en agriculture, à cause de leur bas prix et leur capacité à contrôler un grand nombre de pathogènes des cultures. A forte concentration et par des températures supérieures à 25° C ils deviennent phytotoxiques; ils détruisent également les organismes vivants du sol qui contribuent à la fertilité des terres. Ils sont irritants pour les muqueuses et peuvent provoquer des maux de ventre s’ils sont ingérés. Il faut donc prendre certaines précautions au cours de leur  manipulation et leur stockage, porter des vêtements de travail adaptés, ne pas boire, fumer ou manger pendant la préparation et l’application des produits.

                                 Le sulfate de cuivre qu’on trouve sous forme de cristaux est le moins cher du marché, il contient 25% de cuivre métal. Il n’est pas adapté aux traitements des végétaux en raison de sa forte phytotoxicité, il est très acide car obtenu par dégradation du métal par l’acide sulfurique.

                                 L’oxychlorure de cuivre est obtenu par l’oxydation du cuivre métal à l’acide chlorhydrique. Moins phytotoxique que la bouillie bordelaise, il est aussi moins efficace. Il contient 50% de cuivre métal.

                                 L’hydroxyde de cuivre est obtenu par traitement à la soude de sulfate de cuivre pour neutraliser son acidité. Il a une action choc plus rapide que celle des autres produits, mais sa persistance est moindre. Il contient également 50% de cuivre métal.

                                 Le produit le plus courant est la bouillie bordelaise, constituée de sulfate de cuivre neutralisé par la chaux. Celle-ci permet en effet de compenser l’acidité créée par la mise en solution du sulfate de cuivre par l’acide sulfurique. Les végétaux traités par une préparation à base de sulfate de cuivre présentent des traînées bleu-pâle caractéristiques. On l’utilise à la dose de 5 à 25 grammes / litre d’eau selon les cultures.

                                 La bouillie cuivrique EEC est une formulation à base de vinaigre de vin, de graine de lin (Linum usitatissimum) et de sulfate de cuivre. C’est un produit stable, plus tenace et plus durable que la bouillie bordelaise, avec bonne aptitude mouillante, aussi actif contre les champignons, mais moins phytotoxique grâce à une réduction importante (200 à 400 fois) de la teneur en cuivre par rapport à la bouillie classique qui contient 20% de sulfate de cuivre.

                                 Le Cuivrol de la société Samabiol fait partie des nouvelles formulations. C’est une bouillie bordelaise peu dosée et enrichie en oligo-éléments. Elle est utilisée à la dose de 4 à 6 grammes / litre d’eau, ce qui en fait un traitement moins polluant.

                                 Le Ferticuivre de la société UFAB contient 8% d’oxychlorure de cuivre associé à du Lithothamne et différentes plantes renforçant son action en durcissant les tissus végétaux (prêle, ortie, absinthe, tanaisie, écorce de chêne). Dose d’utilisation de 5 à 7 grammes / litre d’eau.

                                 Ces produits « nouvelle génération » sont beaucoup plus chers que la bouillie bordelaise, mais ils sont plus économiques compte tenu de la dose d’utilisation réduite et de l’espacement des traitements.

                                 D’autres sels de cuivre existent, mais ils ne sont pas autorisés en agriculture biologique: tallate de cuivre, acétate de cuivre, oxyde cuivreux et carbonate de cuivre. Ce dernier est très peu phytotoxique, très résistant au lessivage et très actif par son pouvoir pénétrant. Il mériterait d’être adopté dans le cahier des charges de la culture biologique, il ne contient que 12,5% de cuivre métal.

Le sulfate de cuivre est un produit toxique.


R36 IRRITANT POUR LES YEUX
R43 PEUT ENTRAINER UNE SENSIBILISATION PAR CONTACT AVEC LA PEAU
R50/53 TRES TOXIQUE POUR LES ORGANISMES AQUATIQUES, PEUT ENTRAINER DES EFFETS NEFASTES A LONG TERME POUR L’ENVIRONNEMENT AQUATIQUE.
Risque de Toxicologie Xi IRRITANT
N dangereux pour l’environnement
  • nocif en cas d’ingestion.
  • irritant pour les yeux et la peau.
  • très toxique pour les organismes aquatiques (marins tout particulièrement)
  • le cuivre qui compose ces produits n’est pas biodégradable et peut s’accumuler dans les sols, notamment en pied de pente.

On trouve différentes compositions qui n’ont pas toutes les mêmes utilisations et homologations:

cuivre (sous forme de 19% oxychlorure, 6.5% carbonate alcalin et 14.3% bouillie bordelaise)
cuivre (sous forme de poudre pour bouillie bordelaise)
cuivre (sous forme d’hydroxide chlorocalcique)
cuivre (sous forme d’hydroxide)
cuivre (sous forme d’oxychlorure de cuivre)
cuivre (sous forme d’oxysulfate)
Respectez scrupuleusement les indications, recommandations et doses d’emploi conseillées par le fabricant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*