L’Actinidia

actinidia kiwi

Le nom de « kiwi » faisant référence à l’oiseau ( Apteryx australis), a été attribué au fruit de l’Actinidia par une firme Néo-zélandaise, par assimilation de forme et de couleur avec cet emblème national de la Nouvelle Zélande.

                                 Seuls les plants femelle portent des fruits. Très peu de variétés sont autogames (portant sur le même plant des fleurs ou organes reproducteurs mâles et femelles) même si elles sont autofertiles (capables d’être pollinisées par la même variété). Il faut donc planter à proximité les uns des autres au moins un plant mâle pour fertiliser jusqu’à dix plants femelles. Les plus gros fruits sont produits par la variété « Hayward », les plus résistants au froid sont les Actinidia arguta « Issai », produisant courant octobre de verts petits kiwaïs sucrés à peau lisse qu’il n’est pas nécessaire de peler avant consommation. Dans de bonnes conditions de culture, on peut obtenir jusqu’à 50 kg de fruits par plant. Pour cela il faut un sol humifère riche en éléments minéraux, et beaucoup d’eau.

                                 La taille doit être effectuée après la récolte qui a lieu d’octobre à décembre selon les variétés, et avant la fin du mois de février, car cette liane volubile démarre très tôt en saison. Si vous taillez trop tard, les plantes peuvent perdre des quantités impressionnantes de sève, ce qui les affaiblit d’autant.

                                 La taille de fructification consiste à recouper les coursonnes fruitières à deux yeux au-dessus de l’emplacement du dernier fruit. les grands jets étant apparus au cours de l’année précédente sont soit conservés et palissés pour renouveler des charpentières vieillissantes, soit réduits à trois yeux pour obtenir une coursonne de remplacement, soit éliminées à la base.

                                 Les branches charpentières doivent être palissées pour étaler la végétation le plus régulièrement possible, les coursonnes sont réparties à plat, de part et d’autre des charpentières comme une arête de poisson, en respectant un espace minimum de quarante centimètres entre chacune.

                                 Après avoir fructifié trois ou quatre ans, une coursonne est très divisée et la végétation affaiblie s’est largement éloignée de la charpente. Il est alors temps de la supprimer au profit d’une jeune branche.

                                 Les pieds mâles sont taillés sensiblement de la même façon, de manière à obtenir une bonne floraison gage de nombreux fruits sur les pieds femelle. On considère que le mâle ne doit pas être éloigné de plus de cinquante mètres des femelles pour obtenir une bonne fertilisation. Généralement, les pieds mâles sont greffés sur des pieds femelles pour limiter la vigueur de leur végétation.

 


Fleurs mâles:

fleurs mâles d'Actinidia

Fleurs femelles:

fleurs femelles d'Actinidia

                                 Vous pouvez appliquer une taille d’été en limitant les nouvelles branches à quatre ou cinq feuilles, cela permet aux fruits de grossir, et de préparer les branches de remplacement en cassant leur vigueur. Les coursonnes fructifères peuvent être pincées à deux feuilles au-dessus de la dernière fleur ou fruit.

                                 A la plantation, chaque plant doit être espacé d’au moins quatre mètres, car c’est un arbuste sarmenteux de grand développement. L’Actinidia préfère les sols profonds, humifères et humides à tendance acide, mais peut se satisfaire de tout sol qui n’est pas sec et superficiel. Il apprécie les expositions chaudes et ensoleillées à l’abri des vents violents qui déchirent son feuillage.

                                 La mise à fruit des jeunes sujets intervient le plus souvent trois à quatre ans après la plantation, mais si le substrat est très riche en azote, il peut se passer sept à dix ans avant qu’un plant se mette à fructifier. La récolte commence à être conséquente vers l’âge de cinq ans et finit par être optimale à l’âge de dix à douze ans avec une production pouvant atteindre jusqu’à soixante kilos par pied.

                                 Les fruits conservés au frais en cave ou réfrigérateur peuvent être conservés quatre à six mois après récolte. Pour accélérer la maturation, il suffit de les emballer avec des pommes.

                                 Il existe même une variété d’Actinidia kolomikta à feuillage panaché de blanc et rose.

                                 Vous pouvez multiplier vos Actinidias par marcottage ou couchage au printemps, ou par bouturage de tiges aoûtées au cours de l’été.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*