Préparation du sol

            La préparation du sol doit être faite le plus tôt possible avant la mise en culture. L’exécuter correctement conditionne la qualité des végétaux que vous cultiverez. Pour être fertile, le substrat de culture doit être riche en éléments nutritifs, perméable sans excès et aéré. La meilleur terre de jardin est légère, de couleur brune et ne colle pas lorsqu’on forme une boule.

               Dans nos jardins, la notion de PH (potentiel hydrogène) du sol qui classifie l’acidité du sol sur une échelle théorique graduée de 0 à 14 nous importe peu. L’essentiel est de savoir qu’un sol neutre est proche d’un PH de 7, que s’il descend en dessous notre sol a une tendance acide, et à l’inverse à plus de 7 il est calcaire (basique). On peut connaître cette valeur soit par analyse que l’on peut réaliser avec des kits achetés en jardinerie, soit en faisant effectuer cette analyse par un laboratoire, soit d’une façon plus grossière, tout simplement par l’observation des végétaux endémiques, les bio-indicateurs (ou indicateurs biologiques), dont on peutfacilement connaître les préférences: le lierre, la primevère ou la prêle affectionnent les sols acides; en sol calcaire, vous trouverez le coquelicot et le trèfle blanc par exemple.

               On peut également noter deux notions supplémentaires apparaissant dans les analyses de sol, celle de texture du sol qui fait état de la taille des éléments présents dans le sol (limons, sables fins, grossiers,etc…) et celle de structure du sol qui nous intéresse plus et fait référence à la façon dont les composants du sol s’agglomèrent entre eux (sol léger, lourd, collant,etc…).

               En termes techniques, la terre est appelée complexe argilo-humique. C’est en effet un assemblage d’argile et d’humus en proportions variables, liés entre eux par le calcaire. Cet assemblage moléculaire soude les particules entre elles et ménage de nombreux vides d’air dans lesquels peuvent être stockés successivement: de l’air, de l’eau ou des éléments nutritifs. Moins il y a de calcaire dans le substrat, plus les particules sont tassées entre elles et sans air, plus il y en a plus elles sont aérées. Le complexe peut évoluer en fonction de deux éléments: 1)les plantes utilisent le calcaire pour la constitution de leurs tissus, il y en a donc de moins en moins dans le sol. 2) L’ajout permanent de déchets végétaux et de fumiers modifie la concentration en calcaire par leur valeur acidifiante. On peut le modifier par l’apport d’amendements.

               Vous pouvez vous procurer la plupart des amendements dans de très nombreuses coopératives agricoles.

__________________

1 -le calcaire
2 -terres de couleur jaune
3 -terres de couleur brune
4 -terres collantes
5 -terres sableuses
6 -terres tourbeuses
7 -terre de bruyère
8-les amendements

___________________

1le calcaire

               A l’état brut, on le trouve sous forme de roche plus ou moins blanche, plus ou moins crayeux, c’est un des éléments indispensables du complexe argilo-humique pour obtenir un substrat propre à la culture de la majorité des végétaux. Il est commercialisé sous forme de poudre ayant une valeur neutralisante différente selon qu’il s’agit de chaux vive, de chaux éteinte, de chaux magnésienne ou de chaux horticole. La plus facile d’utilisation étant la chaux horticole. L’avantage à l’utilisation de carbonate de calcium est d’ordre économique, car il coûte moins cher à l’utilisateur, et écologique car il ne détruit pas les organismes utiles du sol. Pour être plus efficace, il doit être broyé très finement. En agriculture biologique on utilise également le Lithothamne, algue séchée et broyée à forte teneur en calcium, et aux multiples vertus.

  • En terrain carencé en calcaire, il faut apporter 150g de chaux par m²,  soit 15kg pour 100m², à renouveler avec un délai minimum de six mois entre deux épandages pour ne pas détruire la vie microbienne du sol, 50g/m² pour la chaux vive. Une poignée équivaut à 50 grammes environ. Cet amendement peut être laissé en surface ou incorporé par un griffage superficiel.
  • En terrain cultivé, la dose d’entretien est de 50 g/m²/an pour la chaux horticole ou le Lithothamne, 15 g seulement pour la chaux vive.
  • On peut acidifier un sol trop calcaire par un apport de soufre. Il peut être fourni par le fumier (en moyenne 1,25 unité de SO3 par tonne), ou des engrais minéraux, tels que le sulfate d’ammoniaque (60 % de SO3), le superphosphate de chaux simple (plus de 27 % de SO3) et le sulfate de potasse (45 % de SO3). Il existe d’autres formes de soufre comme le thiosulfate ou le soufre minéral (S). Seule la forme Sulfate est directement assimilable par la plante et soluble dans la solution du sol. Les autres formes devront s’oxyder sous l’action des bactéries du sol pour se rendre bio-disponible, elles auront des propriétés agronomiques différentes (effet réducteur, action acidifiante, …).
  • La chaux a une action désherbante sur la prêle et de nombreuses plantes acidophiles par modification de l’acidité du sol. Elle a également une action désinfectante sur les fumiers par modification rapide du PH entraînant la mort des germes pathogènes. On peut l’utiliser dans les locaux d’élevage et la litière des animaux de basse-cour.

2terres de couleur jaune

              Les terres de couleurs jaune sont dépourvues d’humus, parfois sableuses, soit friables, soit collantes.

  • L’amendement principal est le calcaire lorsqu’elle est collante;  sableuse ou friable il faut apporter de l’humus sous forme de compost, de terreau, de fumier pailleux ou de bois raméal fragmenté (BRF).  Plus les quantités seront importantes, plus vite le substrat deviendra apte à la culture.

3terres de couleur brune

             Les terres de couleur brune sont bien pourvues en humus, elles sont parfois tourbeuses, soit collantes, soit équilibrées.

  • Il faut veiller à leur entretien avec des apports réguliers de chaux et d’engrais pour compenser la consommation des cultures. En moyenne 50g/m²/an de chaux horticole ou Lithothamne, soit 5kg pour 100m².

  • Lorsqu’elles sont collantes, c’est le signe d’un fort déficit en calcaire, l’apport sera alors de 150g/m², à renouveler au bout de 6 mois si nécessaire.

4terres collantes

              Les terres collantes sont des terres argileuses qui manquent de calcaire pour les floculer. Elles sont la plupart du temps de couleur jaune à brune, parfois brune lorsqu’elles sont largement pourvues en humus. Ce sont des terres très riches mais les minéraux et oligo-éléments sont bloqués, les racines des végétaux ne peuvent se développer par manque d’air.

  • L’apport de chaux est indispensable pour faire floculer ces substrats, cf. paragraphe -1-. L’apport d’humus sous forme de compost, de terreau, de fumier pailleux ou de bois raméal fragmenté (BRF) aidera à la reconstitution rapide du complexe argilo-humique.

5terres sableuses

              Les terres sableuses sont très poreuses, souvent dépourvues d’humus, elles sont alors de couleurs plutôt jaunes, tandis qu’elles sont gris-noir en zone volcanique ou si elles sont chargées en humus. Ce sont des terres pauvres car elles ne retiennent pas les éléments nutritifs, elles se réchauffent rapidement au printemps et se refroidissent vite en hiver. Les végétaux qui les colonisent ont un enracinement profond, c’est le terrain de prédilection pour cultiver les carottes et tous légumes « racine ».

  • On compense ces faiblesses par l’apport d’humus sous forme de compost, de terreau, de fumier pailleux ou de bois raméal fragmenté (BRF). Le chaulage d’entretien reste indispensable.
  • Les apports d’eau et d’engrais devront être d’autant plus fractionnés que le sol  est perméable.

6terres tourbeuses

             Les terres tourbeuses sont composées de végétaux dont la décomposition en humus a été bloquée par manque d’air sous l’eau des marais. Elles sont fibreuses, légères, très acides et peu propices à la culture, hormis celle des fougères et des conifères.

  • Il faut modifier l’acidité du sol et apporter une vie microbienne qui permettra la transformation de la tourbe en humus, tout en recomposant un complexe argilo-humique équilibré. Chaulage avec 150g/m² de chaux horticole ou de Lithothamne (soit 15kg pour 100m²) ,  à renouveler avec un délai minimum de six mois entre deux épandages pour ne pas détruire la vie microbienne du sol, 50g/m² pour la chaux vive. Reconstitution de la vie microbienne et des ressources en éléments fertilisants par apport de compost et de fumier pailleux.

7terre de bruyère

              La terre de bruyère, souvent présente à l’état brut en montagne, est le produit de la décomposition des bruyères en terreau. La terre « dite » de bruyère commerciale est un terreau très acide composé de différents végétaux compostés. Ce substrat n’est utilisable pur que pour la culture de plantes acidophiles telles que les fougères, Skimmias, Rhododendrons, Azalées…

  • Afin de la rendre propre à un plus grand nombre de culture, on peut l’amender avec de la chaux (cf. paragraphe -1-)

8les amendements

   Ils servent à améliorer l’acidité,la texture et la structure du sol pour l’adapter aux besoins des cultures qu’on veut établir.

  • La chaux: elle donne de la cohésion au sol, elle relève le PH des sols acides et participe à la constitution du complexe argilo-humique. On la trouve conditionnée en sacs de 25kg en coopérative agricole. Produit naturel utilisable en agriculture biologique.
  • Le Lithothamne: algue séchée et broyée à forte teneur en calcium à action lente et oligo-éléments, produit éliciteur contre insectes et maladies (renforcement des défenses naturelles), utilisé en agriculture biologique. On le trouve conditionné en sacs de 25kg en coopérative agricole (difficile à trouver dans certaines régions).
  • Le soufre: la fleur de soufre permet d’acidifier les sols trop calcaires, les apports ne doivent pas dépasser 150g/m² tous les 2 ans.  il est présent dans les engrais sous forme de sulfate (sulfate de Potasse). Sous formulation « mouillable », c’est un excellent fongicide contre l’oïdium, la tavelure, l’érinose et comme acaricide. Action préventive et curative, utilisable en agriculture biologique. Coopératives agricoles et commerces spécialisés.
  • La tourbe: issue de sphaignes enfouies dans des marécages, la tourbe blonde bon marché, commercialisée en balles compressées de 40 à 300 litres est un excellent paillage indemne de toute contamination de graines. La tourbe brune, un peu plus onéreuse,  plus proche du terreau. C’est un amendement de choix dans les sols calcaires qu’elle acidifie et dont elle augmente la capacité de rétention en eau. On l’emploie également en mélange avec la terre de bruyère pour toutes les plantes acidophiles. Utilisée en paillage, elle reconstitue en permanence l’humus du sol, évite le plombage de la surface, entretient l’humidité et empêche la croissance des adventices. Traditionnellement utilisée comme combustible par les nomades des pays d’Europe de l’est.
  • La terre de bruyère: commercialisée sous cette appellation, il s’agit en fait de terreau très acide. Elle est utilisée pour la plantation de toutes les plantes acidophiles (Azalées, Rhododendrons, hortensias, etc..). Compte tenu de son coût assez élevé, elle n’a pas d’autre utilisation notoire.
  • Le sable: le sable grossier est utilisé comme amendement pour l’établissement et l’entretien des pelouses à vocation sportive. Il améliore le drainage et l’aération du sol, permettant ainsi l’utilisation en tous temps, assouplit le contact au sol, favorise un enracinement profond, donc une bonne résistance à l’arrachage, limite le tassement, donc l’installation des mousses.
  • La terre végétale: elle n’a de réel intérêt que pour modifier le relief d’un jardin trop uniforme, trop sableux ou présentant des affleurements rocheux inexploitables. Son prix est directement lié au coût de livraison. Vous pouvez en obtenir à bon compte lors du creusement d’une piscine dans votre voisinage. Il faut s’assurer de la qualité avant la livraison.

4 réponses sur “Préparation du sol”

  1. A propos de sable.
    Je sais qu’il faut utiliser du sable de rivière mais de quelle granulométrie. Le sable du Rhin utilisé en construction peut-il être utilisé comme amendement. Je peux l’acheter en vrac (une remorque) au lieu de me le procurer en sacs de 40Kg.
    Merci pour votre réponse. Gilbertus.

    1. Le sable de carrière est classé en fonction de sa granulométrie en millimètres de la plus fine à la plus grosse particule contenue dans l’échantillon. Ainsi le plus fin est classé 0-1, puis viennent ensuite le 0-3, le 0-5, etc….Pour une utilisation comme amendement du sol, il est préférable d’utiliser un sable grossier type 0-5 ou un peu plus car les particules fines favorisent un sol battant qui se tasse trop facilement, privant ainsi d’air les bactéries aérobies indispensables à un bon équilibre biologique.

      1. Bonjour,
        Il me reste du sable sainte anne en grande quantité. Est-il possible de l’utiliser pour alléger la terre du jardin sans incidence sur les plantes ? Impossible de trouver la composition de sable sur internet.
        Merci d’avance. cdlt.

        1. Bonjour, je ne connais pas l’appellation Sable Sainte-Anne, je pense qu’il s’agit d’une dénomination régionale qui désigne un sable coloré comme le sable de Saint-Martin naturellement coloré de rose. J’imagine qu’il vous a servi à fabriquer un mortier pour réaliser un enduit de façade. Si c’est le cas, il s’agit d’un sable naturel sans addition de colorant chimique ni argile. Vous pouvez donc l’employer pour alléger votre terre ou constituer des allées après avoir déposé au sol un feutre de jardin géotextile pour qu’il ne se mélange pas au sol sous l’action des vers de terre. Pour plus de sécurité, demandez à votre fournisseur la provenance du matériau et sa composition s’il la connait. Si ce n’est pas possible, indiquez moi votre région, l’utilisation qui a été faite avec ou sans adjonction de liant hydraulique (chaux, ciment), pour que je puisse faire une recherche qui ait une chance d’aboutir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*